Le gouvernement français prône un islam du "juste milieu"

Le ministre français de l'Intérieur a annoncé un programme de formation publique et laïque pour les imams

542410
Le gouvernement français prône un islam du "juste milieu"

La France mettra en œuvre un programme de formation publique et laïque pour les imams dans l'objectif de lutter contre l'extrémisme et la radicalisation, a annoncé lundi le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Des théologiens de haut niveau formeront les imams de France à un islam du "juste milieu", a ainsi noté Cazeneuve, s'exprimant à la presse depuis Place Beauvau, après sa rencontre avec les représentants du Conseil français du culte musulman (CFCM).

Le président du CFCM, Anouar Kbibech, qui a aussi pris la parole, sur la nouvelle initiative du gouvernement, a appelé de son côté les imams et hommes religieux musulmans à suivre la formation, notamment pour "apprendre l'histoire de la laïcité française".

Le CFCM envisage, pour sa part, d'élaborer un "contre-discours" contre la radicalisation sur les réseaux sociaux, a précisé Kbibech, ajoutant que "des annonces seront faites à la rentrée".

La rencontre entre Cazeneuve et le CFCM qui survient quelques jours après qu'un prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvray a été égorgé par deux terroristes se réclamant de Daesh, permet également, selon le ministre, de revoir la place en France des mosquées qui "appellent à la haine".

"Il n'y a pas de place en France pour les mosquées qui appellent à la haine", a tenu à souligner à cet égard, le ministre de l'Intérieur, rappelant qu'une vingtaine de mosquées ont été fermées par l'Etat, notamment depuis la mise en place de l'état d'urgence en novembre dernier. Ces fermetures seront suivies d'autres, a-t-il ajouté.

Cazeneuve a également rappelé que 80 arrêtés d'expulsion ont été pris à l'encontre d'imams prêchant la haine et que plusieurs dizaines de demandes d'expulsion sont en cours d'examen.

S'agissant du financement des mosquées, le ministre français a plaidé pour une "transparence totale", sans se montrer complètement opposé à l'implication de pays tiers dans la construction des lieux de culte musulmans en France, contrairement au Premier ministre Manuel Valls.

Valls avait fait part récemment de l'intention du gouvernement d' "interdire" le financement de la construction des mosquées "pour une période à déterminer", dans une interview au Monde. (AA)



SUR LE MEME SUJET