France: les policiers dans la rue contre la "haine anti-flics"

Plus de 350 membres des forces de l'ordre ont été blessés lors des manifestations sociales de ces dernières semaines

493199
France: les policiers dans la rue contre la "haine anti-flics"

Les policiers français sont appelés mercredi par leurs syndicats à manifester pour dénoncer la "haine anti-flics", une démonstration de colère rare qui survient après deux mois d'affrontements parfois violents en marge de la contestation d'une réforme du droit du travail.

Après avoir bénéficié de la gratitude des Français pour leur présence rassurante à la suite des attentats de 2015, les policiers se disent "usés" par les tâches qui leur sont imposées par l'état d'urgence. Et ils vivent mal d'être l'objet de la vindicte de franges radicales de manifestants qui s'en prennent à eux au cri de "tout le monde déteste la police".

Leurs syndicats ont appelé à des rassemblements statiques en civil et hors service dans une soixantaine de villes. Le plus important a lieu sur la très symbolique place de la République à Paris, où se réunit chaque soir depuis fin mars le mouvement citoyen Nuit debout.

Un collectif qui dénonce en retour les violences policières appelait aussi à manifester sur cette place emblématique de la capitale, juste avant les policiers, mais leur contre-rassemblement a été interdit par les autorités.

"On peut comprendre que ces forces de l'ordre soient un peu exaspérées", a commenté mercredi le directeur général de la Police nationale Jean-Marc Falcone sur la radio Europe 1, évoquant des fonctionnaires qui "se font agresser verbalement et physiquement" alors qu'"ils sont soumis à une grosse pression depuis les attentats de janvier 2015".

Plus de 350 membres des forces de l'ordre ont été blessés lors des manifestations sociales de ces dernières semaines, selon les autorités.

"Je n'ai jamais vu ça", a raconté à l'AFP Arnaud, CRS depuis vingt ans. "Les +casseurs+ (...) sont parfaitement organisés, ramassent tout ce qu'ils trouvent et nous canardent. Sans piller, pour casser et casser du flic."AFP



SUR LE MEME SUJET