Nouvelle enquête judiciaire sur des soupçons d'abus sexuels par des soldats français en Centrafrique

L'enquête, ouverte vendredi, est confiée à la gendarmerie prévôtale, chargée des investigations sur les crimes et délits commis par des militaires français lors d'opérations extérieures

465646
Nouvelle enquête judiciaire sur des soupçons d'abus sexuels par des soldats français en Centrafrique

La justice française a ouvert vendredi une troisième enquête après la révélation par l'ONU de nouveaux soupçons d'abus sexuels visant des soldats de Sangaris, la force française en Centrafrique.

Le parquet de Paris a reçu, via le ministère français de la Défense, une note de l'ONU sur des soupçons d'exploitation et d'abus sexuels impliquant des militaires français, de 2013 à 2015 à Dékoa, dans l'est de la Centrafrique. Ce signalement ne donne pas de précision sur le nombre de victimes, leur âge ou le nombre de militaires impliqués, a expliqué mardi à l'AFP une source judiciaire.

L'enquête, ouverte vendredi, est confiée à la gendarmerie prévôtale, chargée des investigations sur les crimes et délits commis par des militaires français lors d'opérations extérieures.

Les révélations de l'ONU la semaine dernière ont "profondément choqué" son secrétaire général Ban Ki-moon: des soldats français de Sangaris auraient forcé en 2014 des jeunes filles à avoir des rapports sexuels avec des animaux, en échange d'argent, selon des informations recueillies par les Nations unies. Des descriptions qui n'apparaissent pas toutefois dans la dénonciation de l'ONU parvenue à la justice française, selon la source judiciaire.

Des responsables de l'ONU ont pu interroger 108 victimes présumées d'abus sexuels, en "grande majorité" des mineures, a déclaré la semaine dernière un porte-parole onusien.AFP



SUR LE MEME SUJET