Les Français, les Belges, Néerlandais et Italiens, les plus eurosceptiques (sondage)

Sur la question des migrants et réfugiés "notamment en provenance de Syrie", les Français (58%), les Belges et Néerlandais (55%) et les Britanniques (51%) sont les plus réfractaires à ce que leur pays en accueillent

460930
Les Français, les Belges, Néerlandais et Italiens, les plus eurosceptiques (sondage)

Seul un quart des Français, Belges, Néerlandais et Italiens pensent qu'il y a "plus d'avantages que d'inconvénients" à appartenir à l'Union européenne, selon un sondage réalisé dans les pays de l'Europe de l'ouest et diffusé mardi.

La France (58%) et le Benelux (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg) (55%) sont aussi les pays de l'ouest européen membres de l'UE où les personnes interrogées se déclarent le plus opposées à l'accueil de migrants et de réfugiés.

Selon cette enquête pour le site français d'informations Atlantico, seuls 25% des Belges et des Néerlandais, et 26% des Français et des Italiens considèrent qu'il y a "plus d'avantages que d'inconvénients" à appartenir à l'UE, contre respectivement 40% des Français, 37% des Belges, des Néerlandais et des Italiens, qui sont d'un avis contraire.

Les Britanniques sont 36% (contre 40%) à voir plus d'avantages que d'inconvénients à appartenir à l'Union européenne. Et à l'autre bout du spectre, 42% des Allemands (contre 24%) et 54% des Espagnols (contre 18%) plébiscitent l'appartenance de leur pays à l'UE.

Sur la question des migrants et réfugiés "notamment en provenance de Syrie", les Français (58%), les Belges et Néerlandais (55%) et les Britanniques (51%) sont les plus réfractaires à ce que leur pays en accueillent. A l'inverse, 69% des Espagnols, 67% des Allemands et 57% des Italiens pensent que leur pays se doit d'en accueillir.

Ce sondage a été réalisé en ligne du 9 au 15 février auprès d'un échantillon de 800 personnes de 18 ans et plus pour chacun des pays de la zone prise en compte, selon la méthode des quotas.



SUR LE MEME SUJET