L'ETA appelle implicitement les gouvernements espagnol et français à des négociations

Les indépendantistes basques de l'ETA ont implicitement appelé dimanche à des négociations avec les gouvernements français et espagnol, insistant sur le retour des prisonniers de l'organisation au Pays Basque

459366
L'ETA appelle implicitement les gouvernements espagnol et français à des négociations

Les indépendantistes basques de l'ETA ont implicitement appelé dimanche à des négociations avec les gouvernements français et espagnol, insistant sur le retour des prisonniers de l'organisation au Pays Basque.

Dans un long communiqué publié par le journal basque Naiz, porte-voix habituel de l'ETA, l'organisation estime que "nous ne sommes pas là où nous espérions en être" cinq ans après avoir renoncé à la lutte armée.

"Un processus de dialogue et de règlement n'a pas démarré, que ce soit avec l'ETA ou avec les forces politiques d'Euskal Herria (Pays Basque, NDLR)", affirme l'ETA.

"Les conséquences du conflit n'ont pas été résolues, le principal problème étant la situation des prisonniers politiques basques", a ajouté le communiqué.

L'ETA n'a plus perpétré d'action meurtrière depuis 2010. L'organisation, accusée d'avoir tué au moins 829 personnes en quatre décennies, avait officiellement annoncé en octobre 2011 "la fin" de son action armée.

L'organisation séparatiste refuse toutefois de se dissoudre, comme l'exigent les gouvernements espagnol et français, demandant en préalable notamment des négociations sur le sort des quelque 423 membres de sa mouvance détenus, dispersés dans des prisons en Espagne et en France.

"Nous n'avons pas pu parvenir à un accord démocratique basé sur les droits d'Euskal Herria à décider, qui serait à même de mettre un terme définitif au conflit politique", ajoute le communiqué dans une allusion à la demande d'un référendum sur l'indépendance.

Ni Paris, ni Madrid "n'ont beaucoup à offrir. Ils ne sont pas en mesure d'offrir des propositions politiques globales qui pourraient satisfaire les exigences minimales d'Euskal Herria et des citoyens basques", ajoute le texte.

L'ETA publie traditionnellement un communiqué à l'occasion d'Aberri Eguna (jour de la Patrie), qui coïncide avec le dimanche de Pâques au Pays Basque.

AFP



SUR LE MEME SUJET