France : Les appels à faire baisser le prix de l’électricité se multiplient

L’association UFC-Que Choisir a publié un rapport « sur le risque d’explosion des prix de l’électricité début 2022 »

1709594
France : Les appels à faire baisser le prix de l’électricité se multiplient

Alors que les prix des énergies (gaz, carburants, fioul…) flambent ces derniers mois, l’association UFC-Que Choisir, qui défend les intérêts des consommateurs français, a publié un rapport, le lundi 20 septembre courant, « sur le risque d’explosion des prix de l’électricité début 2022 ».

En effet, le prix de l’électricité représente un poids important dans les dépenses des ménages et pourtant depuis 2007, date à laquelle, la distribution de l’électricité a été ouverte à la concurrence, celle-ci a augmenté de 60%.

Selon l’UFC-Que Choisir, les prix risquent de continuer à grimper et de ce fait, elle recommande de prendre des mesures dès à présent pour faire baisser la facture de l’énergie.

« Cette sombre perspective n’est toutefois pas inéluctable, puisque les pouvoirs publics disposent de plusieurs leviers pour l’éviter », rappelle l’association qui « demande donc une action résolue de l’Exécutif pour augmenter sans délai le plafond de l’Accès Régulé à l'Electricité Nucléaire Historique (ARENH), et pour mettre fin à l’aberration fiscale que constitue la TVA sur les taxes énergétiques ».

L’ARENH permet à tous les fournisseurs alternatifs de s’approvisionner en électricité auprès d’EDF dans des conditions fixées par les pouvoirs publics. Le prix est actuellement de 42 €/MWh et le volume global maximal affecté au dispositif est égal à 100 TWh/an.

L’UFC-Que Choisir, veut ainsi voir augmenter la part du nucléaire à 150 TWh/an dans la production de l’électricité puisqu’elle permet de faire baisser les coûts par rapport aux autres modes notamment « les énergies vertes ».

- Une nouvelle hausse de 10% en vue

Selon les chiffres du Commissariat général au développement durable, le prix moyen de l’électricité pour les ménages français a augmenté de + 3,8 % en 2019, +2.4 % en février 2020, +1.5 % en août 2020 et +1.6 % en février 2021 et enfin 0.5% au mois d’août 2021.

Pourtant, l’UFC-Que Choisir estime que d’ici janvier, les prix de ventes en gros pourraient à nouveau augmenter considérablement.

« Au regard du contexte actuel, tout porte à croire que la demande totale d’ARENH atteindra un volume record. En partant du postulat prudent qu’elle sera de 170 TWh, le plafond légal de 100 TWh sera largement dépassé, et les fournisseurs devront en conséquence davantage s’approvisionner sur les marchés de gros », analyse l’association qui calcule « un impact de 58,8 % de plus sur le coût de la partie approvisionnement ».

Jugeant que « les prix sur les marchés de gros sont actuellement très élevés », l’UFC-Que Choisir estime que la hausse au début de l’année 2022 atteindra 11,3 % HT, soit près de 10 % TTC ». Ainsi, selon l’association, cela aura un impact direct de l’ordre de 150 € sur la facture annuelle.

Conscient de l’importance de poids que pèse l’énergie sur le budget familial, le gouvernement français a mis en place « un chèque énergie » afin d’atténuer la facture. Pourtant, l’association estime que « ce coup de pouce de 100 €, dont sont privés 80 % des ménages, est censé répondre uniquement aux hausses déjà massives du gaz et des carburants ». D’après ce calcul, « l’augmentation de la facture d’électricité depuis le 1er janvier 2019 sera alors de 25 % ».

- Réduire la facture avec de bons plans

« Quand il fait froid, j’évite d’allumer les radiateurs électriques », explique à l'Agence Anadolu Jeanne, jointe par téléphone. « Comme je suis seule, je préfère me mettre sous la couette pour me réchauffer. Je ne sais pas comment j’aurais fait si j’avais des enfants », s’interroge encore la jeune femme qui essaye à tout prix « d’éviter des dépenses imprévues ».

Pourtant, elle n’est pas seule et des dizaines d’articles traitent sur la manière de faire des économies sur les factures d’énergies.

« Pour réduire votre facture d’électricité, installez une régulation et une programmation du chauffage permettant de ne pas chauffer inutilement votre logement lorsque vous êtes absent », explique par exemple un site spécialisé.

- Intervenir sur les taxes

Pour l’UFC, il y’a un autre moyen de faire baisser la facture. Ainsi, elle explique que « le tiers de la facture d’électricité est constitué de taxes et contributions comme par exemple l’assurance vieillesse des personnels relevant du régime des industries électriques et gazières (2 % de la facture) ».

Citant plusieurs autres taxes, l’UFC attire l’attention particulièrement sur la taxe intérieure sur la consommation finale d’électricité (TICFE) « qui est intégrée au budget de l’État (13 % de la facture) et enfin la TVA (13 % de la facture) ».

Ainsi, l’association de défense des consommateurs recommande au gouvernement « d’abaisser la TICFE ». Mais ce qu’elle espère surtout c’est la fin de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) sur les taxes énumérées. En effet, toutes les taxes sont également soumises à la TVA et d’après les calculs de l’UFC-Que Choisir, « cette sur-ponction fiscale, qui rapporte 1 milliard d’euros à l’État, coûte à un ménage chauffé à l’électricité 57 € par an ».

- Les énergies renouvelables, une solution miracle ?

Certains veulent privilégier les énergies renouvelables pour baisser la facture. Mais pour Yanick, « il faudra arrêter de croire que les énergies renouvelables sont gratuites » qui pense que les « énergies renouvelables servent à protéger la planète mais pas à faire baisser les factures ». Pour cet ingénieur en énergie renouvelable, « les factures augmentent parce que le prix du transport augmente à cause de l’éparpillement des énergies un peu partout sur le territoire ». Il explique à l'Agence Anadolu « qu’il faut bien ramener au point distribution cette électricité et cela revient comme à construire des autoroutes pour le passage de quelques voitures ».

Paradoxalement, même s’il estime que « les énergies renouvelables doivent être développées pour préserver la planète, pour lui, le nucléaire est la seule solution pour faire baisser les factures ». « Mais dans ce cas, il ne faut pas qu’on s’étonne qu’on payera un autre prix beaucoup plus fort cette-fois-ci », conclut l’ingénieur.

AA



SUR LE MEME SUJET