Tunisie : la BAD débloque 60 millions d’euros pour la relance économique

Quelque 2,3 millions de personnes bénéficieront ainsi de transferts sociaux améliorés.

1675768
Tunisie : la BAD débloque 60 millions d’euros pour la relance économique

Le Conseil d'administration du Groupe de la Banque africaine de développement a approuvé un financement de 60 millions d’euros en faveur de la Tunisie, a annoncé la Banque dans un communiqué.

Cette opération a pour principal objectif de soutenir la dynamique de relance économique par l’amélioration du climat de l’investissement, la préservation de l’emploi et la promotion de l’inclusion sociale à travers de nouveaux mécanismes de réponse aux défis sociaux, exacerbés par la pandémie de Covid-19, précise la BAD ajoutant que le programme s’inscrit dans le cadre de la contribution de la Banque africaine de développement à l’appui budgétaire multi-bailleurs 2020-2022 à la Tunisie.

« Quelque 2,3 millions de personnes bénéficieront ainsi de transferts sociaux améliorés. Le programme soutiendra notamment 470 000 ménages à revenu limité (titulaires des cartes de soins à tarif réduit) ainsi que 260 000 autres bénéficiaires de transferts monétaires permanents auxquels s’ajouteront 400 000 nouveaux ménages non référencés, affectés par la crise. Par ailleurs, 230 000 salariés menacés par des licenciements et exposés au chômage technique seront soutenus par le programme, qui contribuera à préserver leurs emplois ou à les faire bénéficier d’une assistance sociale. Environ 1,4 million de demandeurs de microcrédit pourront être bancarisés grâce au programme », précise le communiqué publié sur le site de la Banque.

Aussi l’institution mentionne que dans son volet économique, « le projet soutiendra l’accélération des réformes pour favoriser une relance rapide de l’économie. Il vise à lever les barrières à l’investissement, accélérer la création d’emplois et mettre en place un nouveau cadre stratégique de développement plus inclusif et plus favorable à l’investissement privé. Il s’agira également d’appliquer la loi sur l’auto-entreprenariat et d’introduire une approche de discrimination positive en faveur de l’entreprenariat féminin innovant. »

AA



SUR LE MEME SUJET