Turquie : Les femmes turques et syriennes au sein d'un même atelier de textile

L’entrepreneur turc, Hamit Ataman, a embauché 225 femmes dont 75 Syriennes, dans son atelier de textile « Mehmet Kartal ». Il a pour objectif de développer l’emploi dans le secteur, ainsi que d’encourager la socialisation des réfugiées.

891464
Turquie : Les femmes turques et syriennes au sein d'un même atelier de textile

Un homme d’affaires turc a fondé un atelier de textile dans le district Akcakale de Sanliurfa (sud-est de la Turquie) et a engagé des femmes turques et syriennes. Ensemble, elles travaillent et contribuent ainsi à leur budget familial. 

L’entrepreneur turc, Hamit Ataman, a engagé 225 femmes dont 75 Syriennes, dans son atelier de textile « Mehmet Kartal ». 

​"​Elles ont d’abord participé à des ateliers et ont appris le métier​"​, a-t-il affirmé lors d’un entretien accordé à l’agence Anadolu. 
​"​Notre objectif était de créer des emplois et de leur permettre de se socialiser​"​, a-t-il déclaré. Et de poursuivre : ​"​J’espère que mon investissement en motivera d’autres. Si nous comptons aussi nos invités syriens, la densité de population de notre district a doublé​"​. 

Notant qu’ils ont enregistré un bon chiffre d’affaires, Ataman a ajouté: 

​"​Je suis gagnant et nos salariées le sont aussi. Nous avons une commande de l’UNICEF de 400 mille jupes et de 250 mille vestes. Nous avons commencé à les produire. Par jour, nous fabriquons 5 mille produits. […] D’une part ces femmes apprennent un métier et de l’autre, elles contribuent à leur budget familial. Ceci me rend très heureux​".​ 

Resa Hasan est une Syrienne qui travaille dans l’atelier ​"​Mehmet Kartal​"​. Elle exprime sa joie de pouvoir travailler et de ne pas devoir rester à la maison. 

Elle explique qu’elle n’avait pas de métier avant mais que grâce à cet atelier, elle apprécie d’aller travailler et pouvoir gagner son propre argent. 

​"​Je remercie infiniment Ataman de nous avoir donné une telle chance​"​, a-t-elle dit. 

Semra Dolcek, une femme turque, a aussi remercié Ataman de leur avoir offert une telle opportunité et a appelé les autres hommes d’affaires de la région à faire des investissements similaires. 

Enfin, Vahide Lacin a exprimé sa joie d’avoir pu apprendre un métier et pouvoir contribuer au budget de sa famille.AA



SUR LE MEME SUJET