Le Parlement européen approuve le traité de libre-échange avec le Canada

Les eurodéputés donnent leur feu vert à l'accord prévoyant la suppression des tarifs douaniers sur la plupart des biens et services entre l'UE et le Canada

673261
Le Parlement européen approuve le traité de libre-échange avec le Canada

Le Parlement européen a approuvé, mercredi, l'accord économique et commercial global entre l'Union européenne (UE) et le Canada (CETA) prévoyant la surpression des tarifs douaniers sur la plupart des biens et services entre les deux parties.

Adopté par 408 voix en faveur, 254 voix contre et 33 abstentions, l'accord qui vise à stimuler les échanges commerciaux entre l'Europe et le Canada pourrait provisoirement entrer en vigueur dès avril 2017, suite à sa ratification par les parlements nationaux et régionaux.

Le CETA permettra la reconnaissance mutuelle des certifications sur une large gamme de produits tout en garantissant l'accès réciproque aux marchés nationaux. Les marchés étant déjà ouverts en Europe, l'accord permettrait surtout aux fournisseurs européens, qu'il s'agisse du secteur maritime, des télécommunications, de l'ingénierie, de l'environnement ou de la compatibilité à accéder au marché canadien.

L'UE a pourtant émis des réserves lors des négociations de manière à protéger 140 indications géographiques européennes pour des denrées alimentaires et boissons vendues sur le marché canadien. Elle a également assuré que des dispositions relatives au développement durable afin de maintenir les normes environnementales et sanitaires, souligne le Parlement européen.

L'accord pourrait par ailleurs augmenter de 20% les échanges commerciaux entre les deux parties une fois entré en vigueur, estime encore la même source.

"En adoptant le CETA, nous avons choisi l’ouverture, la croissance et des normes élevées plutôt que le protectionnisme et la stagnation. Le Canada est un pays avec lequel nous partageons des valeurs ainsi qu’un allié sur lequel nous pouvons compter. Ensemble nous pouvons jeter des ponts, plutôt que construire des murs, pour la prospérité de nos citoyens. Le CETA servira de projet-phare pour les futurs accords commerciaux partout dans le monde", a déclaré Artis Pabriks (Parti populaire européen) avant le vote à Strasbourg.

S'opposant à la libéralisation des échanges entre le Canada et l'UE, Marine Le Pen, présidente du Front national (FN) a accusé l'Europe d'"aplanir le terrain de jeu des multinationales" par le CETA.

"Les profits des multinationales vous intéressent plus que la protection des citoyens et de l’environnement", a-t-elle martelé, s'adressant aux parlementaires européens. "C'est aux Nations de négocier leurs politiques commerciales, et non à une structure non élue qui ne représente que ses intérêts". 

AA



SUR LE MEME SUJET