Le gouvernement français estime pouvoir ramener le déficit public à moins de 3% en 2017

Malgré la critique du Haut conseil des finances publiques, le ministre français de l'Economie et des Finances assure que les recettes de l'Etat seront augmentées et le déficit ramené à moins de 3%, soit le niveau exigé par l'UE

579063
Le gouvernement français estime pouvoir ramener le déficit public à moins de 3% en 2017

Le gouvernement français est capable de ramener le déficit public à moins de 3% en 2017, a annoncé mercredi Michel Sapin, ministre de l'Economie et des Finances, pour défendre un budget "sérieux" et "cohérent".

Lors d'une conférence de presse sur le projet de loi de finances 2017, qui devrait être présenté en conseil des ministres au plus tard ce mercredi, Sapin a présenté le nouveau budget du gouvernement, tout dernier du quinquennat de François Hollande. Il a aussi fustigé les critiques, émises mardi par le Haut conseil des finances publiques (HCFP), sur l'improbabilité de réduire le déficit public.

"En 2014 et en 2015, nous avons essuyé les mêmes critiques de la part des mêmes experts. Ils se sont trompés coup sur coup. En 2015, personne ne pensait que nous parviendrions à réduire le déficit public à 3,8 % du PIB. Pourtant, nous avons fait mieux que prévu, celui-ci ayant été finalement abaissé à 3,5 % du PIB ! A quelques mois des prochaines échéances électorales, je réclame un peu de sérieux, et un peu de prudence également, pour que le débat soit le plus constructif possible", a-t-il ainsi déclaré.

Le HCFP, instance indépendante créée en 2012, avait rendu son avis au gouvernement sur le nouveau projet de loi de finances, jugeant "improbable", la réduction du déficit budgétaire à 2,7% du PIB en 2017, conformément à l'engagement de la France vis-à-vis de l'Union européenne de ramener le déficit sous la barre des 3%. Le Haut conseil avait mentionné des "risques" qui pèsent sur les dépenses ainsi que la prévision "optimiste" du ministère des Finances pour la croissance (1,5%).

Le nouveau budget prévoit une hausse considérable des dépenses de l'Etat, qui passeront de 374,3 milliards d'euros en 2016, à 381,7 milliards l'an prochain, en partie dûe à la création de près de 15 000 postes d'emplois dans les ministères de l'Education nationale, de l'Intérieur et de la Justice.

Les recettes de l'Etat devraient aussi croître, passant de 301,7 milliards à 307 milliards, prévoit le nouveau projet de loi de finances.

Le document de 160 pages, qui sera débattu à l'Assemblée nationale dans les prochaines semaines, évoque une baisse constante du déficit public durant le quinquennat de Hollande. Celui-ci est passé de 4,8% à 3,3% entre 2012 et 2016 et devrait atteindre 2,7% en 2017, ce qui permettra à la France de "sortir de la procédure pour déficit public excessif dans laquelle elle est entrée en 2009"

Le projet de loi salue également "une dette publique qui se stabilise enfin", après notamment près de 10 ans de hausse continue. La dette publique poursuivra ainsi sa tendance à la baisse, prévoit le ministère, passant de 96,1% en 2016 à 96% en 2017.AA

.



SUR LE MEME SUJET