"Les Syriens qui obtiendront la citoyenneté turque enrichiront l'économie du pays"

Le ministre turc des Douanes et du Commerce, Bulent Tufenkci a commenté les débats autour du statut des réfugiés syriens en Turquie

"Les Syriens qui obtiendront la citoyenneté turque enrichiront l'économie du pays"

Le ministre turc des Douanes et du Commerce, Bulent Tufenkci, estime que l’octroi de la citoyenneté turque aux réfugiés syriens apportera une valeur ajoutée supplémentaire à l’économie du pays et au marché du travail.

Le ministre Tufenkci a commenté, pour le compte de l’Agence Anadolu, les débats autour du statut des réfugiés syriens en Turquie.

Il a d’abord expliqué que le gouvernement et le peuple turcs ont tout mis en œuvre pour offrir les meilleures conditions aux Syriens réfugiés en Turquie.

«Notre peuple a partagé son pain avec les Syriens», a-t-il dit.

«Nous sommes décidés [le Président de la République et le gouvernement] à intégrer la force de travail que proposent les Syriens à notre marché du travail. Ils doivent pouvoir contribuer à l’économie de la Turquie et aussi, subvenir eux-mêmes à leurs propres besoins», a-t-il déclaré.

Le ministre a saisi l'occasion pour critiquer l’approche et les propos de l’opposition turque sur la question de l’octroi de la citoyenneté aux réfugiés.

«L’opposition n’apporte aucune proposition constructive à la question des réfugiés. Son seul objectif est de profiter du débat pour des raisons politiciennes», a-t-il affirmé.

«Il ne faut pas laisser s’installer des idées fausses sur la question de la naturalisation des Syriens. Ils ne vont pas prendre le pain des Turcs, comme le prétend l’opposition. Ce sont des propos inacceptables et opposés à la réalité. Au contraire, ces personnes [les réfugiés] sont une valeur ajoutée supplémentaire pour notre marché du travail et notre économie», a-t-il poursuivi.

Pour appuyer ses propos, Bulent Tufenkci a donné l’exemple des immigrés turcs vivant en Allemagne et expliqué que ceux-ci ne confisquent pas le pain des Allemands mais qu’au contraire, ils enrichissent l’économie de ce pays.

«L’octroi de la citoyenneté turque sera conditionné par certains critères : les Syriens qui souhaitent l’obtenir ne devront pas avoir commis de crimes, ils devront être qualifiés et exprimer clairement leur volonté de vivre dans notre pays et de devenir citoyens turcs», a-t-il expliqué.

Le ministre a ajouté que seuls ceux qui souhaitent obtenir la citoyenneté turque seront concernés, qu'il ne s'agit ni d'une obligation ni d'un droit automatique.

«Pourquoi devrions-nous refuser ce droit aux Syriens alors que nous l’offrons à tous les citoyens du monde», a-t-il encore dit.

Le ministre Tufenkci a par ailleurs rappelé qu’aucun chiffre ne permet pour l’heure de donner une idée sur le nombre de réfugiés syriens souhaitant obtenir la citoyenneté turque.

 

AA



SUR LE MEME SUJET