Les premières de l'Anatolie - 19

L'école de Harran qui est l'une des plus anciennes écoles du monde, fut construite dans le sud-est anatolien.

1756676
Les premières de l'Anatolie - 19

 

La Mésopotamie... C'est une géographie qui a accueilli de nombreux États et civilisations... Cette région a accueilli plus de civilisations que même le Nil, la pierre angulaire de l'Égypte... Les civilisations établies en Mésopotamie ont accéléré toute l'histoire avec leurs découvertes et inventions et affecté toute l'humanité. La Mésopotamie abrite des religions monothéistes et elle est appelée le « berceau des civilisations » en raison de la succession des civilisations, et le « Croissant fertile » en raison de ses terres fertiles. Une partie importante de cette région est située dans la géographie anatolienne.

Le Tigre et l'Euphrate arrosent ce Croissant Fertile. On pense que l'une des plus anciennes écoles du monde est située à l'endroit où la région se connecte à l'Asie Mineure : à Harran.

Avec son histoire de 7000 ans et sa situation au carrefour des routes commerciales, Harran est un lieu stratégique. Les Assyriens, Babyloniens et Omeyyades choisissent Harran comme capitale. Le nom Harran est connu pour signifier « voyage, traversée de routes ou chaleur intense » en sumérien et en akkadien. Il y a ceux qui disent que « la ville natale du mystérieux dieu de la lune Sin est Harran », et il y a ceux qui disent que c'est l'endroit appelé « Haran » dans la Torah. On raconte même que la ville fut l'une des premières villes fondées après le déluge de Noé. Cependant, il est vrai que le prophète Abraham est né et a vécu sur ces terres.

Les Assyriens et les Babyloniens considèrent le soleil, la lune et les planètes comme sacrés et considèrent chacun d'eux comme un dieu. Ces civilisations polythéistes attachent une importance particulière à l'étude des objets et des événements célestes. Harran est l'un des centres éminents de cette croyance polythéiste. La ville a donc progressé en astronomie également. La ville, qui est un centre des sciences, conserve cette caractéristique au fil du temps. Pour cette raison, on pense que l'une des premières écoles au monde a été créée à Harran. Bien qu'il n'y ait pas assez de ressources sur la création de l'école de Harran, on sait qu'elle existe depuis le premier âge. On sait que la science de l'astronomie est systématiquement enseignée dans une école depuis les périodes assyrienne et babylonienne. On pense que ces enseignements ont été transférés à des périodes ultérieures et que l'école était l'école de Harran.

Le temps passe, l'Antiquité commence. À cette époque, Alexandrie et Athènes étaient considérées comme les centres d'éducation du monde. Avec l’expansion du christianisme, l'Empire romain décida de fermer l'académie et les écoles de philosophie. Lorsque les écoles d'Athènes puis d'Alexandrie furent fermées, certains des scientifiques se réfugièrent à Harran et commencèrent à enseigner à l'école de Harran. Les œuvres des philosophes antiques furent traduites en arabe et certaines œuvres arabes en grec. L'école de Harran assura le transfert des manuscrits grecs vers une culture différente, empêchant peut-être leur extinction. L'école guida les érudits islamiques dans la science, la philosophie, la médecine et l'art de l'âge antique. Ainsi, une interaction et une communication axées sur la science commencèrent entre l'Est et l'Ouest. Harran apparaît comme un centre scientifique dans les premières périodes de l'Islam. La première université islamique est aussi établie à Harran.

Harran est une ville qui attire l'attention non seulement pour avoir l'une des plus anciennes écoles du monde, mais aussi pour sa culture et ses structures. Aujourd'hui, Harran est un district de Şanlıurfa, situé dans la région de l'Anatolie du sud-est de la Turquie. Les structures les plus intéressantes de Harran sont ses maisons en forme de dôme…. Harran est l'un des rares endroits où l'on peut voir la plus ancienne tradition des maisons en forme de dôme au monde. Aujourd'hui, des maisons similaires à celles de Harran se trouvent en Italie, en Écosse, en Afghanistan, au Pérou et en Chine.

Les maisons, dont l'histoire remonte à quatre mille ans avant Jésus-Christ, sont construites en briques autour d'une cour carrée. Ses fenêtres sont sans verre, ses murs sont épais ; les maisons sont enduites de boue de l'intérieur et de l'extérieur. Les maisons, dont la hauteur atteint 5 mètres, sont construites pour donner l'apparence d'un dôme avec une architecture qui se rétrécit vers le haut. Le sommet du dôme est laissé ouvert pour fonctionner comme une cheminée et fournir de la lumière. Ces maisons offrent une solution à la chaleur insupportable de la plaine d'Harran, car en raison de leurs caractéristiques architecturales, les maisons d'Harran sont fraîches en été et chaudes en hiver. Les maisons peuvent être agrandies en ajoutant de nouveaux dômes si nécessaire. Le nombre de coupoles des maisons montre également la situation financière de la maison. Harran, avec ses maisons protégées, est aujourd'hui inscrite sur la liste indicative du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Au milieu d'Harran, il y a un monticule de 22 mètres de haut qui nous permet de comprendre le passé de la ville. Lorsque vous escaladez le monticule et que vous regardez autour de vous, la question des périodes dont la ville a pu être témoin vient à l'esprit. Le monticule, qui s'étend sur une très grande surface, est en fait une indication que la ville a été utilisée comme colonie pendant des milliers d'années. Car les premières figures trouvées dans les fouilles datent de l'âge du bronze ancien. Dans les couches suivantes, des tablettes de terre cunéiformes et des inscriptions mentionnant le temple de Sin sont déterrées. Le monticule contient des traces de civilisations et d'États importants tels que les Hittites, Assyriens, Babyloniens, Romains, Omeyyades, Abbassides et Seldjoukides.

Bien que de nombreuses informations et documents importants aient été trouvés lors des fouilles, les vestiges du temple de Sin et de l'école de Harran n'ont toujours pas été mis au jour. Le temple dédié au dieu lunaire babylonien Sin, également mentionné dans les tablettes de Kültepe, est connu comme l'œuvre monumentale la plus ancienne de Harran. Les experts pensent que le temple de Sin et l'école de Harran ont peut-être été construits au niveau du monticule.

L'une des plus anciennes mosquées d'Anatolie est située au pied du monticule ; la mosquée Ulu de Harran. C'est la première mosquée d'Anatolie à avoir une cour avec un portique et une fontaine. La mosquée Ulu de Harran se distingue également par sa belle maçonnerie.

Il y a deux autres endroits qu’il convient de voir de près à Harran. La première est l'ancienne ville de Shuayip. La ville se distingue par ses bâtiments de l'époque romaine construits sur des tombes rupestres et serait la ville où vécut le prophète Shuayip. La seconde est l'ancienne ville de Soğmatar, qui est considérée comme le centre de la croyance Sin. L'ancienne ville de Soğmatar est connue comme un temple en plein air où des votives sont consacrées et des prières ont lieu.

Harran est le lieu où les corps célestes ont été déifiés et où l'astronomie s'est développée. Cette cité antique, où se mêlent foi, philosophie et science, invite les passionnés à un voyage dans les profondeurs de l'histoire… Harran raconte un conte de fée qui appartient à un autre monde !



SUR LE MEME SUJET