Les premières de l'Anatolie - 16

Nous vous parlerons d’un sujet peu connu, la première organisation de femmes au monde, les Soeurs d'Anatolie

1653168
Les premières de l'Anatolie - 16

SİNYAL

Avant la révolution industrielle, les femmes en Europe et en Amérique travaillaient principalement dans des entreprises familiales et dans le secteur agricole. Les femmes ont commencé à rejoindre le marché du travail au 18e siècle, après la révolution industrielle. Elles ne recevaient que la moitié du salaire des hommes dans la main-d'œuvre. Elles ont commencé à s’organiser au 19ème siècle. En Anatolie, c’est au 13ème siècle que les femmes ont commencé à travailler de manière organisée ! Nous avions précisé au début de cette émission, que nous évoquerons les premières d’Anatolie mais aussi du monde entier. Aujourd'hui, nous allons parler d’un sujet peu connu, la première organisation de femmes au monde.

Geçiş

Le nom de cette organisation de femmes, fondée en Anatolie au XIIIe siècle, est Bâcıyan-ı Rum, c'est-à-dire les Soeurs d’Anatolie... Le mot Bacı signifie sœur et est encore largement utilisé en Anatolie aujourd'hui. A cette époque, le mot "Rum" était utilisé à la place du mot Anatolie. Le fait qu’une telle union féminine ait pu être créée au 13ème siècle en Anatolie semble irréel pour les chercheurs étrangers. Ils estiment que l’idée d'une organisation de femmes, qui soutient les femmes actives, capables de créer leurs propres entreprises, de produire et de vendre ces produits dans les marchés créés à nouveau par les femmes, n’est pas plausible. Car dans l'Europe médiévale, la femme était une entité qui ne s'occupait que de la famille et des enfants. La plupart des femmes qui sortaient de ce cadre étaient accusées de sorcellerie et soumises à de terribles châtiments. Il semble impossible pour les chercheurs occidentaux que les femmes anatoliennes soient impliquées dans la production et l'économie, et suffisamment conscientes pour créer une organisation non gouvernementale. Par conséquent, ils ne tiennent même pas compte de ce qui est écrit à ce sujet, ils abordent l'existence de l'organisation avec méfiance, pensant qu'il s'agit d’une erreur. Cependant, l'historien Âşık Paşazade, auteur de l'une des sources les plus importantes de l'histoire ottomane, parle des Sœurs d’Anatolie. Ce n'est pas seulement une organisation commerciale,celle-ci a également une dimension sociale, culturelle et professionnelle.

Bien que nous n'ayons pas beaucoup d'informations sur les Sœurs d’Anatolie, les chercheurs disent qu'elles ne devraient pas être considérées séparément de l’Akhisme (Ahilik). L’Akhisme était une organisation de solidarité artisanale établie en Anatolie sous l'État seldjoukide anatolien. L’Akhisme avait beaucoup de règles; et ces règles avaient été fixées pour que les individus soient de bonnes personnes plutôt que de bons commerçants. Des réglementations liées au commerce mais aussi des règles liées à la vie quotidienne ont ainsi été déterminées. Alors que l'humilité, la générosité, l'honnêteté et la loyauté étaient des exigences pour être une bonne personne, le travail, la production, le respect du travail et la solidarité étaient une exigence pour être un bon artisan. Et les femmes avaient une place importante dans la vie sociale et économique de l'Akhisme. Ahi Evran, le fondateur de l’Akhisme était l’époux de Fatma Baci, la fondatrice des Soeurs d’Anatolie… Ahi Evran permettait aux Turkmènes nomades qui se sont sédentarisés, d’apprendre un métier en les incluant dans l’organisation, et Fatma Bacı convaincait les femmes turkmènes d’avoir un métier...

Geçiş

Les femmes anatoliennes se sont réunies au marché de cuir et des chaudronniers de Kayseri pour évaluer les déchets de laine. Après avoir été formées par les Ahis, elles ont commencé à participer à différents secteurs de production. Des ateliers de femmes étaient regroupés dans certains marchés. Elles tissaient principalement des tapis, des kilims, des tissus, des tricots, des broderies et s’occupaient de la production de feutre, de soie et de fils de coton. En plus de l'artisanat, les femmes étaient également présentes dans la production de certains vêtements. Les Soeurs d’Anatolie s’occupaient de l'éducation professionnelle, morale et religieuse de toutes les femmes de l’organisation, qu'elles soient mariées ou célibataires.

Les Soeurs d’Anatolie, fondée pour que les femmes puissent produire et gagner leur vie ensemble, était parallèle à l’Akhisme et avait des principes similaires. L’organisation avait des règles telles qu'aimer les gens sans discrimination, être tolérant, répandre la bonté, aider les pauvres et les orphelins. Elle assumait littéralement la mission d'une école pour l’établissement des valeurs morales et des règles sociales. Cette première organisation mondiale de femmes protégeait les filles orphelines, était responsable de leur éducation, prenait soin des femmes seules et aidait les femmes en difficulté financière. Sa philosophie de base était de renforcer l'unité et la bienveillance entre les femmes.

Tout ce qui était enseigné dans l'organisation des Soeurs d’Anatolie, que nous pouvons considérer comme l’Akhisme et sa sous-branche, était adapté à la vie pratique. Des formations ont été dispensées sans discrimination entre hommes et femmes, afin qu'ils puissent se développer dans le domaine professionnel, avoir des connaissances religieuses et morales, et pouvoir être présents en cas de guerre. En effet, lors de l'invasion mongole face à l'État seldjoukide anatolien, les Soeurs d’Anatolie ont pris part à la défense de la patrie avec les hommes de l'organisation Ahi dans des villes comme Kayseri, Kırşehir et Konya.

Geçiş

Certains chercheurs comparent ces femmes courageuses d'Anatolie, qui produisent sur un pied d'égalité avec les hommes, gagnent leur vie, et rejoignent la guerre en cas de besoin, aux Amazones guerrières, et prétendent même que leurs racines remontent aux Amazones. Quel peut être le lien des Soeurs d’Anatolie avec les Amazones guerrières ? Les Amazones ne vivaient-elles pas dans les jungles amazoniennes d'Amérique du Sud ? Ou n’était-ce pas une histoire mythologique ? Y avait-il réellement des Amazones?

Certaines sources écrites affirment que les Amazones vivaient dans le district de Terme à Samsun, c'est-à-dire en Anatolie ! L'historien Hérodote les appelle les Scythes, et le géographe Strabon parle des Amazones dans ses ouvrages. Homère les appelle « égales aux hommes » et rapporte qu'elles ont participé à la guerre de Troie. Platon, le grand philosophe de l’Antiquité, mentionne dans son célèbre livre "L'État" qu'il existe d'innombrables femmes autour de la mer Noire qui montent à cheval et utilisent des flèches et d'autres armes comme les hommes. Comme ellles sont principalement racontées dans des histoires mythologiques, elles sont abordées avec scepticisme. Certains associent les Amazones, qui menaient une vie matriarcale il y a deux mille ans, avec les Scythes, les Hittites et les Grecs.

Aujourd'hui, les archéologues apportent la preuve que les femmes guerrières amazoniennes ont bien existé ! Les recherches les plus notables sont celles de l'archéologue américain, le Dr. J.D. Kimball... Il prouve cette légende avec les découvertes de la fouille archéologique au Kazakhstan. Un grand nombre de squelettes féminins âgés de 30 à 40 ans ont été retrouvés dans une tombe. Ce qui fascine l'archéologue, ce ne sont pas les squelettes de femmes, mais le fait que ces femmes ont des flèches et des épées de plus de 90 centimètres, et que certaines d'entre elles ont été enterrées dans une position semblable à celle de monter à cheval. La légende des Amazones, femmes guerrières, lui vient à l'esprit et il entreprend des recherches sur leur lien avec les nomades turcs kazakhs vivant dans la région. Des échantillons de squelettes de femmes sont comparés à ceux des femmes locales ; Les ADN sont identiques à 99,9 % ! L'archéologue américain rassemble ses découvertes archéologiques dans son livre intitulé "Les Amazones, femmes guerrières"... La tombe des femmes guerrières scythes, découverte en 2019 par des chercheurs de l'Institut archéologique russe dans l'ouest de la Russie, est une autre indication que les Amazones ont réellement existé. La légende des Amazones est ainsi devenue réalité, au-delà d’un simple sujet de films et de livres livres fantastiques, et de mythologie. Bien qu'il n'ait pas encore été prouvé que les Amazones vivaient dans le district de Terme à Samsun, un festival est organisé chaque été à Terme en leur mémoire, auquel seules les femmes participent, montent à cheval et tirent des flèches.

Geçiş

Fondé pendant la période seldjoukide anatolienne, l’organisation des Soeurs d’Anatolie est d'une grande importance en termes de participation active des femmes à la vie économique et sociale, et montre que les femmes et les hommes sont égaux. Aujourd'hui, nous avons parlé de la première organisation de femmes au monde, les soeurs d’Anatolie, au 13ème siècle.

 



SUR LE MEME SUJET