La Culture à travers l'eau - 24

Nous allons vous parler du "hammam turc", devenu marque mondiale aujourd'hui.

1579439
La Culture à travers l'eau - 24

Y a-t-il autre chose qui supprime mieux la fatigue de la journée que l'eau chaude?

Avec l'eau chaude à laquelle nous pouvons facilement accéder dans nos salles de bain, la fatigue de la journée s’envole, le calme prend sa place… On construit diverses structures pour se baigner depuis l'antiquité… Le plus ancien hammam public connu est le «Grand Hammam» au Pakistan, qui date de 4500 ans.

La culture des hammams en Anatolie commence avec les thermes romains. Mais bien sûr, il y en avait aussi avant. Les Sumériens, par exemple, ont été l'une des premières civilisations à donner de l'importance à la baignade. À tel point que, dans leurs tablettes vieilles de quatre mille ans, ils décrivent comment ils fabriquaient du savon à partir de cendres et d'huile de sésame pour prendre son bain dans le hammam. Les Hittites, quant à eux, ont été les premières civilisations à établir une culture balnéaire en Anatolie, à établir une relation complètement différente avec l'eau et à considérer l'eau comme sacrée. Le nettoyage et le bain sont également indispensables pour les civilisations lydienne, lycienne, assyrienne, phrygienne, ourartéenne et hellénique qui ont succédé aux Hittites. De nombreuses ruines de hammams découvertes lors de fouilles archéologiques révèlent l'importance que les civilisations installées en Anatolie accordent à l'hygiène personnelle. Ici, les hammams sont le reflet de cette culture purificatrice ... Cet héritage nous est resté des civilisations sumérienne, hittite, grecque antique, romaine et byzantine au fil des siècles ...

Quand il s'agit de hammams, vous pouvez penser aux saunas et aux saunas finlandais. Cependant, les hammams sont des éléments indispensables de la culture turque… Les hammams sont indispensables non seulement pour la culture de la propreté et de la santé, mais aussi pour la culture architecturale en termes de structures d'eau… Nous allons vous parler du "hammam turc", devenu marque mondiale aujourd'hui.

Bien que la culture du nettoyage et du bain remonte à l'antiquité sur ces terres, cette culture se place à un niveau différent avec les Turcs. Avant l'Islam, les Turcs considéraient l'eau comme une source de puissance et d'abondance, et racontent dans leurs légendes que seule l'eau existait lorsque rien n'a été créé. Par conséquent, croyant que tout est composé de cet être ancien, ils le considèrent comme sacré. Un verset du Coran a un grand effet sur leur acceptation de l'Islam parce que dans ce verset est dit "Nous avons créé chaque chose vivante à partir de l'eau!" En d'autres termes, la plus ancienne croyance des Turcs au sujet de l'eau se trouve dans le Coran de la même manière. Au-delà de cela, l'eau est aussi une condition de la prière, car on ne peut pas prier Allah sans purification corporelle.

On pense que l'eau a joué un rôle dans l'épidémie de la peste qui a ravagé l'Europe au Moyen Âge. Les ecclésiastiques interdisaient de se baigner en citant différentes raisons. Cependant, cette période fut les années les plus brillantes de l'Empire ottoman et, comme dans tous les bâtiments, les ouvrages hydrauliques tirent également leur part de cette magnifique période. Bien sûr, les hammams aussi ... Les voyageurs et ambassadeurs occidentaux qui voulaient voir cette magnificence à cette époque sont étonnés par les petits ou grands hammams qu'ils rencontrent, quelle que soit la ville ou la commune. Dans leurs ouvrages et leurs mémoires, ils ne peuvent s'empêcher de parler longuement des hammams, de la culture de bain des Turcs et de leur penchant pour la propreté.

Les hammams, qui ont une place très importante dans l'architecture hydraulique ottomane, sont particulièrement concentrés à Istanbul et à Bursa. Jusqu'à la conquête d'Istanbul, Bursa était la première capitale de l'Empire ottoman, c'est-à-dire le centre politique et culturel de l'État. Bursa occupe une place particulière dans la création de la tradition du hammam ottoman. Car après avoir été proclamée capitale, trente-cinq hammams ont été construits à Bursa. La ville, qui a été fondée sur les pentes d'Uludağ, est aujourd'hui riche à la fois en eaux de source et en minéraux souterrains, comme elle l’a été à cette époque.  Il y a donc de nombreuses termes et hammams dans la ville. Il y a aussi des hammams des périodes romaine et byzantine qui ont ensuite été convertis en hammams turcs, ainsi que des hammams conservés selon leur forme originale.

Après que les Turcs se soient installés en Anatolie, les Seldjoukides ont construit des hammams là où ils ont été. Mais les Ottomans attachaient le plus d'importance aux hammams publics. L'aspect et la taille remarquables des bains romains ont cédé la place à la simplicité et à la fonctionnalité des hammams turcs. Bien qu'il ressemble aux thermes de l'époque romaine du point de vue architectural et de méthodes de chauffage, l'intimité est au premier plan dans les hammams turcs. Pour cette raison, il n'y a pas de fenêtres sur les façades des bâtiments. Seuls les vestiaires ont une fenêtre au sol recouverte de barres de fer ou de verre coloré pour l'éclairage. Le caldarium, lieu de baignade, s'éclaire à travers les lucarnes du dôme.

Bien que les termes soient parfois appelés hammams, l'un a de l'eau minérale naturelle provenant du sol, l'autre est de l'eau chauffée par un responsable. L'un comprend un bassin au milieu et l'autre une plateforme en marbre. La plateforme en marbre, également connue sous le nom de «pierre de transpiration», est la surface plane en marbre à 40-50 cm au-dessus du sol, située au milieu du hammam. Ici, un gommage est effectué pour purifier le corps des peaux mortes et les muscles sont massés pour apaiser le corps.

Les médecins romains qui ont recommandé les hammams en disant « Si vous voulez préserver votre santé, ne négligez pas de prendre un bain. La première règle d'une vie saine est de se baigner », avaient tout à fait raison. Parce qu'être propre est la première étape pour être en bonne santé. Outre le nettoyage du corps, les hammams présentaient de nombreux avantages en termes de santé. Cela soulage la tension et la douleur musculaires, augmente la circulation sanguine et élimine les substances nocives du corps par la transpiration.

Pendant la période ottomane, les hammams ne sont plus un simple endroit où prendre un bain et deviennent des lieux de socialisation en raison de la « structure fermée » de la société. Les filles en âge de se marier sont admirées ici. Par ailleurs, un ou deux jours avant de se marier, elles vont au "bain nuptial", les femmes qui accouchent sont emmenées au "bain post-partum" ou bien elles passent du temps ensemble sans raison apparente.

En raison des besoins croissants en eau et en bois à Istanbul, le sultan Mahmut Ier interdit la construction de grands bains publics dans la ville. Par conséquent, le hammam historique de Cağaloğlu, vieux de 300 ans, a la particularité d'être le dernier grand bain public construit à Istanbul. Ce hammam, qui est aujourd'hui hygiénisé par des méthodes nanotechnologiques, attire l'attention comme le seul bain turc inclus dans la liste du New York Times "Les mille lieux à voir avant de mourir".

Nous avons donné place dans notre programme de cette semaine aux hammams dont la tradition se poursuit depuis des milliers d’années sur les terres anatoliennes.



SUR LE MEME SUJET