Mort de civils à Kaboul: l’armée et les services de renseignement américains s’accusent mutuellement

Des sources proches de la CIA ont affirmé à CNN que l'armée américaine avait été avertie des civils,  juste avant le lancement du missile Hellfire sur un véhicule Toyota blanc.

1707673
Mort de civils à Kaboul: l’armée et les services de renseignement américains s’accusent mutuellement

L'armée et les services de renseignement américains se sont mutuellement accusés concernant l'attaque qui a tué 10 civils dans la capitale afghane, Kaboul.

Les critiques implicites à l’encontre des services de renseignement, formulées par le commandant de la CENTCOM Kenneth McKenzie lors d’un point de presse vendredi 17 septembre, suite à la mort de 10 civils innocents, dont 7 enfants, lors d’une frappe menée le 29 août à Kaboul, ont engendré une crise entre l'armée et les services de renseignement américains.

Des sources proches de la CIA ont affirmé à CNN que l'armée américaine avait été avertie des civils,  juste avant le lancement du missile Hellfire sur un véhicule Toyota blanc.

Les sources ont déclaré que la CIA a envoyé à l'armée un code d'urgence indiquant qu'il y avait des enfants dans la zone d'attaque et dans le véhicule des civils. Elles ont précisé ne pas savoir si l’armée a répondu ou non à cet avertissement.

La fuite de ces informations a attiré l'attention sur les déclarations de McKenzie.

Le 17 septembre, McKenzie avait indiqué que des informations sur une « menace imminente » de Daesh contre l’aéroport et sur la présence d’un véhicule transportant des membres de Daesh et des explosifs leur étaient parvenues 48 heures avant la frappe.

Aujourd’hui, la fuite d'informations provenant de sources de la CIA selon lesquelles l’armée avait été mise en garde, montre qu'il existe des tensions entre l'armée et les services de renseignement au sujet de cette attaque.

 



SUR LE MEME SUJET