Canada : Trudeau appelle au renforcement du multilatéralisme et dénonce l’échec du système mondial

Le PM canadien s’exprimait en visioconférence dans le cadre de la 75ème session de l’Assemblée générale de l’ONU.

1497751
Canada : Trudeau appelle au renforcement du multilatéralisme et dénonce l’échec du système mondial

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a appelé, vendredi, depuis Ottawa, à rétablir le rôle initial des institutions internationales et à renforcer le multilatéralisme, relevant que « dans les difficultés de nos citoyens, nous pouvons voir les échecs de nos institutions, de notre monde », ont rapporté les médias locaux.

Trudeau s’exprimait au cours d’une allocution prononcée en visioconférence, dans le cadre des travaux de la 75ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui se déroulent actuellement à New York.

Etablissant son diagnostic, le Premier ministre canadien a estimé que le monde est en crise, pas seulement depuis ces derniers mois à cause de la Covid-19, mais durant les dernières décennies, relevant que la situation actuelle est un « avertissement » qui ne peut pas être ignoré.

Trudeau a tenu à préciser que les institutions internationales (ONU, FMI, etc.) mises en place au lendemain de la Seconde guerre mondiale ont été efficaces durant une partie de la seconde moitié du XXe siècle

Cependant, a-t-il poursuivi, ce nouvel ordre mondial a montré leurs limites. « Toutes ces institutions ne nous servent plus aussi efficacement dans ce pour quoi elles ont été créées : défendre le multilatéralisme et le droit international, la protection des droits de la personne et l’ouverture des marchés, » a-t-il soutenu.

Il a mis en cause ces insuffisances du système, tout particulièrement lorsqu’il s’agit de « protéger les plus vulnérables », défendant, notamment, la cause des enfants qui doivent, a-t-il insisté, « être nourris et aller à l’école ». « Si nous ne le faisons pas, les conséquences seront désastreuses », a-t-il averti.

Qualifiant le système de « brisé », Trudeau a relevé que le monde a l'opportunité de changer les choses. « Le seul moyen de réaliser ce changement est de le faire ensemble, en nous défendant les uns les autres, quelles que soient les lignes dessinées sur des cartes », a-t-il plaidé.

Evoquant les changements climatiques, Trudeau a estimé que cette crise est causée, essentiellement, par « notre incapacité collective, ces dernières décennies, de prendre des décisions difficiles et de faire les sacrifices nécessaires pour lutter contre le changement climatique et sauver les générations futures ».

« La pandémie n’a rien changé. Nos échecs collectifs ont continué. Nos citoyens sont en train de payer le prix », a-t-il lancé.

Trudeau a conclu son intervention en cédant que « le Canada n’est pas un pays qui peut faire bouger bien des choses dans ces grands dossiers internationaux. Comme tant d'autres, nous sommes soumis aux caprices des superpuissances ».

Il a, néanmoins, nuancé ses dires en notant que « les Canadiens ne sont pas seuls ».

AA



SUR LE MEME SUJET