Maduro annonce la rupture des relations diplomatiques et politiques avec la Colombie

Le chef d’État vénézuélien Nicolas Maduro a fait savoir qu’ils avaient rompu leurs relations diplomatiques et politiques avec la Colombie

1151351
Maduro annonce la rupture des relations diplomatiques et politiques avec la Colombie
Kolombiya Almagro.jpg

Le chef d’État vénézuélien Nicolas Maduro a fait savoir qu’ils avaient rompu leurs relations diplomatiques et politiques avec la Colombie.

Maduro s’est exprimé lors d’un rassemblement de ses partisans à Caracas, capitale du Venezuela.

Des milliers de personnes vêtues d’une chemise rouge, couleur symbolique du parti socialiste, ont dansé, brandi des drapeaux vénézuéliens et applaudi longuement Maduro qui a salué la foule.

Maduro a attiré l’attention sur les tentatives qui le visent. « Je ne me rendrais jamais, je défendrais la souveraineté de mon pays au prix de ma vie s’il le faut », a-t-il martelé.

Précisant n’avoir peur de rien, Maduro s’est adressé à Juan Guaido qui s’est autoproclamé président par intérim. « Guaido est la marionnette des États-Unis qui souhaite coloniser le Venezuela », a-t-il dit.

Critiquant la Colombie connue pour soutenir l’opposition vénézuélienne, Maduro a annoncé la rupture des relations diplomatiques et politiques avec ce pays.

« Je ne peux supporter davantage les attaques du gouvernement fasciste colombien, c’est pour cette raison que j’ai décidé de rompre toutes les relations avec la Colombie », a affirmé Maduro notant qu’il a donné 24 heures aux diplomates de ce pays pour quitter le Venezuela.

De son côté, le ministre colombien des Affaires étrangères Carlos Holmes Trujillo Almagro, a fait savoir qu’ils ne reconnaissaient pas la décision de Maduro de rompre les relations diplomatiques avec la Colombie.

Dans une déclaration sur twitter, Almagro a déclaré qu’ils ne reconnaissaient pas le gouvernement de Maduro et par conséquent sa décision était nulle et non avenue.

D’autre part, une autre manifestation a été organisée par les opposants à Caracas. Les manifestants réunis proche d’une base militaire, ont demandé que l’entrée dans le pays des ‘aides humanitaires’ soit autorisée.

Aucun n’incident ne s’est produit lors des deux manifestations auxquelles des milliers de personnes ont pris part.



SUR LE MEME SUJET