Le haut-commissaire de l’ONU n’a pas condamné Israël pour la mort du Palestinien Abu-Sureyya

Le haut-commissaire de l’ONU Zayd Raad al-Hussein a rappelé qu’Abu-Sureyya avait perdu ses deux jambes au cours d’un raid israélien en 2008 à Gaza et il était l’un des manifestants rassemblés vendredi dernier

871767
Le haut-commissaire de l’ONU n’a pas condamné Israël pour la mort du Palestinien Abu-Sureyya

Le haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme n’a pas condamné Israël.

Le haut-commissaire de l’ONU Zayd Raad al-Hussein qui a publié un communiqué écrit, a appelé les autorités israéliennes à lancer une enquête indépendante et impartiale sur la mort du Palestinien Ibrahim Abu-Sureyya.

Hussein a rappelé qu’Abu-Sureyya avait perdu ses deux jambes au cours d’un raid israélien en 2008 à Gaza et il était l’un des manifestants rassemblés vendredi dernier pour protester contre la décision américaine de reconnaitre Jérusalem comme capitale d’Israël.

Il a indiqué que viser ouvertement une personne handicapée et entrainer son décès est un acte incompréhensible et de mauvaise foi.

« Les données recueillies par mon personnel à Gaza jusqu’à présent, montrent que l’usage de la force contre Abu-Sureyya est très excessive » indique Hussein, évitant malgré toutes ces réalités de condamner Israël.

Par ailleurs un des porte-paroles du Haut-commissariat de l’ONU aux droits de l’homme, Rupert Colville a été interrogé, au cours d’une conférence de presse à l’office de l’ONU à Genève, par un journaliste d’Agence Anadolu qui lui demandait « Si le meurtre des civils palestiniens, y compris une personne handicapée, par l’armée israélienne, n’est-il pas un crime de guerre ou un crime contre l’humanité ? ».

« A présent je ne peux pas faire de commentaire sur ça » a-t-il répondu.

Colville a noté que l’enquête serait menée par les autorités israéliennes.

Selon l’ONU 220 Palestiniens ont été blessés par balles réelles tirées par l’armée israélienne à Gaza, dont 95 seulement le vendredi dernier.



SUR LE MEME SUJET