La réunion Erdogan-Poutine largement couverte par les médias américains

The New York Times, The Washington Post et The Wall Street Journal font partie des médias américains ayant publié de longs articles descriptifs et analytiques sur la rencontre historique entre les dirigeants turc et russe

549441
La réunion Erdogan-Poutine largement couverte par les médias américains

Les medias américains ont largement couvert, mardi, la réunion de Saint-Pétersbourg entre le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et son homologue russe, Vladimir Poutine, première rencontre entre les deux dirigeants depuis la détérioration des liens bilatéraux en novembre dernier.

Le quotidien The New York Times a écrit en manchette «Poutine et Erdogan, tous deux isolés, se tendent la main» [Putin and Erdogan, both isolated, reach out to each other], tout en affirmant que les deux dirigeants souhaitaient publiquement «montrer» à l’Occident que leurs liens ne les ont pas isolés.

«La visite de M. Erdogan en Russie, son premier voyage à l’étranger depuis un coup d’Etat raté le mois dernier, est empreinte de symbolisme parce que les relations de la Turquie avec les Etats-Unis et l’Union européenne (UE) se sont détériorées de manière significative» a estimé The New York Times.

The Washington Post a, quant à lui, souligné qu’Erdogan s’est adressé de manière répétée à Poutine en utilisant l’expression «cher ami» durant le point de presse conjoint faisant suite à la réunion entre les deux chefs d’Etat.

Le quotidien américain a affirmé que le rapprochement entre la Turquie et la Russie pourrait avoir été provoqué par «l’espoir d’Erdogan de jouer la carte de la Russie pour renforcer sa main dans ses différends» avec les Etats-Unis et l’Union européenne (UE).

Recourant à l’article de l’agence de presse américaine The Associated Press avec pour titre «Poutine s’engage à assouplir les sanctions contre la Turquie durant la réunion avec Erdogan» [Putin pledges to ease Turkey sanctions during Erdogan meeting], The Wall Street Journal a, pour sa part, estimé que le président turc souhaite obtenir le soutien de la Russie pour le projet de pipeline de gaz naturel nommé Turkish Stream.

Le projet a pour objectif de transporter le gaz naturel russe à travers la Turquie et la mer Noire jusqu’en Europe du Sud-Est.

The Wall Street Journal a ajouté que la Turquie espère devenir une plateforme de gaz naturel pour l’Europe.

AA



SUR LE MEME SUJET