« L’accord Sykes-Picot n’a servi à rien d’autre qu’à perturber les équilibres au Moyen-Orient »

Les spécialistes qui sont intervenus pendant le panel appelé « Le centenaire de l’accord Sykes-Picot : Réfléchir à nouveau sur la carte moderne du Moyen-Orient », ont annoncé que cet accord avait fait apparaitre des frontières artificielles

492515
« L’accord Sykes-Picot n’a servi à rien d’autre qu’à perturber les équilibres au Moyen-Orient »

Les spécialistes qui sont intervenus pendant le panel appelé « Le centenaire de l’accord Sykes-Picot : Réfléchir à nouveau sur la carte moderne du Moyen-Orient », ont annoncé que cet accord avait fait apparaitre des ‘frontières artificielles, entrainant des problèmes qui ne sont toujours pas résolus durablement’.

Le panel organisé à l’Institut Américain d’Entreprenariat (AEI) qui est l’un des principaux laboratoires d’idées aux Etats-Unis, a rassemblé Elliot Abrams du Comité des Relations Extérieures, l’ancien ambassadeur américain en Irak et en Syrie, Ryan Crocker, l’académicien de l’université de Miami, Adeed Dawisha et Olivier Decottignies de l’Institut des Etudes sur le Proche-Orient.

Abrams a noté que l’accord Sykes-Picot n’a pas tué les identités dans la région mais tracé des frontières « artificielles » et ajouté que la tension entre sunnites et chiites resterait encore longtemps un sujet de débat.

Abrams a fait savoir que l’approche de l’administration Obama vis-à-vis du Moyen-Orient était problématique.

« Les faits en Syrie ne se sont pas produits en une seule nuit. C’était évident mais Washington a préféré regarder seulement » a-t-il déclaré.

Dawisha a précisé pour sa part que penser qu’il existe toujours des décompositions au Moyen-Orient est une approche anachronique. 

L’ancien diplomate Crocker a précisé pour sa part que l’accord Sykes-Picot n’avait servi à rien d’autre qu’à perturber les équilibres dans la région.

L’accord secret Sykes-Picot signé le 16 mai 1916 entre la Bretagne et la France et envisageant le partage des territoires ottomans au Moyen-Orient, avait été connu après la publication des documents secrets de la diplomatie tsariste à la suite de la révolution bolchévique en 1917.



SUR LE MEME SUJET