L'état d'urgence a été décrété au Soudan

Le président du Conseil de souveraineté, le général Abdel Fattah al-Burhan, a annoncé qu'il avait déclaré l'état d'urgence en dissolvant le Conseil de souveraineté et le gouvernement.

1724615
L'état d'urgence a été décrété au Soudan

L'état d'urgence a été décrété au Soudan.

Le président du Conseil de souveraineté, le général Abdel Fattah al-Burhan, a annoncé qu'il avait déclaré l'état d'urgence en dissolvant le Conseil de souveraineté et le gouvernement.

Dans un discours à la télévision d'État, Burhan a annoncé que les élections se tiendront en 2023 comme prévu précédemment.

Un groupe de soldats au Soudan a arrêté le Premier ministre Abdallah Hamdok et les dirigeants des partis partenaires du gouvernement de coalition dans la matinée.

Après cela, des manifestations ont commencé dans certains quartiers de la capitale Khartoum.

Il a été constaté que sur certaines routes, des manifestants ont brûlé des pneus et fermé les routes à la circulation.

Le ministère soudanais de l'Information, d'autre part, a partagé l'information selon laquelle certains membres du Conseil de souveraineté et certains ministres du gouvernement de transition ont été arrêtés par les forces militaires.

Le ministère de l'Information a également annoncé que les forces militaires avaient fait une descente dans le centre de radio et de télévision dans la région d'Omdurman de la capitale Khartoum et arrêté de nombreux employés.

"Les forces militaires ont fait une descente au siège de la radio et de la télévision à Omdurman et ont arrêté de nombreux employés" a noté une déclaration écrite faite par le ministère.

Le communiqué indique également que le Premier ministre soudanais Abdallah Hamdok, qui était assigné à résidence, a appelé la population à descendre pacifiquement dans la rue pour protéger sa révolution.

Par ailleurs, la ministre des Affaires étrangères Meryem Sadik al-Mehdi a déclaré que la détention du Premier ministre Abdullah Hamduk était "très dangereuse et inacceptable".

Dans une déclaration à la télévision, la ministre des Affaires étrangères Mehdi a affirmé que la communication entre les ministres n'a pu être établie en raison de la coupure des outils de communication et de la fermeture des ponts.

Mehdi a souligné que la coopération entre les civils au pouvoir et les militaires a passé un test sérieux.

"Tout coup d'État sera rejeté. Nous résisterons par tous les moyens civils", a-t-elle assuré.

Les partis politiques soudanais ont appelé à la désobéissance civile après la tentative de coup d'État, tandis que l'Union soudanaise des chambres professionnelles a appelé la population à descendre dans la rue.

Après les activités militaires dans le pays, il y a des interruptions d'Internet et des lignes téléphoniques.

 



SUR LE MEME SUJET