Ouganda : Le soutien des ONG turques participe à sauver des vies

Les initiatives émanant de la Turquie témoignent du renforcement des liens interhumains avec l'Afrique.

1702807
Ouganda : Le soutien des ONG turques participe à sauver des vies

 

En 2012, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution par consensus pour désigner le 5 septembre comme Journée internationale de la charité.

La résolution a été coparrainée par la Turquie et 43 autres membres de l'ONU pour souligner et soutenir la contribution des organismes de bienfaisance à la société ainsi que pour célébrer la générosité humaine.

Cette décision coparrainée par la Turquie témoigne de la montée en puissance de la Turquie en Afrique et du renforcement de sa coopération avec ses partenaires africains.

Au cours des décennies passées, de nombreux pays africains ont également accueilli très favorablement la Turquie considérée comme un partenaire international majeur, ce que les analystes ont attribué au fait qu'il s'agit d'une nation exempte d'histoire coloniale et d'exploitation, notamment sur le continent.

Le modèle turc combinant diplomatie et engagement fort axé sur l'aide directe et les partenariats économiques mutuellement bénéfiques a permis à Ankara de gagner un soutien local permettant un impact réel sur le terrain.

En 2005, la Turquie a obtenu le statut d'observateur auprès de l'Union africaine (UA) et a depuis acquis un nouveau statut de puissance économique et humanitaire émergente en Afrique.

Son volume commercial avec l'Afrique est passé d'environ 5,4 milliards de dollars en 2003 à environ 26 milliards de dollars en 2019, avec 16 milliards de dollars d'exportations vers l'Afrique, selon les données recueillies auprès de l'Institut turc de statistique, également connu sous le nom de TurkStat.

Le magazine Forbes a rapporté en 2018 que le commerce entre les pays africains et la Turquie avait augmenté de plus de 600 % au cours des 15 dernières années. La Turquie a étendu sa présence diplomatique sur le continent à une quarantaine d'ambassades alors que Turkish Airlines dessert plus de 50 destinations africaines. 

L'influence croissante de la Turquie en Afrique n'est pas seulement le fruit des projets et politiques mis en œuvre par le gouvernement turc à travers l'Agence turque de coopération et de coordination (TIKA), mais est également façonnée par les contributions personnelles des Turcs, à travers diverses organisations humanitaires.

Diverses fondations turques, notamment la Fondation pour l'éducation et la solidarité (FES), Care Foundation, SENA Foundation, entre autres, travaillent sans relâche en Ouganda pour s'assurer que leurs efforts aident réellement les gens à surmonter les difficultés, provoquées par le chômage et les inégalités économiques, en se concentrant notamment sur l'éducation, la santé, l'agriculture, l'assainissement des eaux et le développement des infrastructures.

Le gouvernement turc, à travers la TIKA, a récemment initié plusieurs projets en Ouganda, notamment des bâtiments nouvellement construits dans deux écoles, de couture et de stylisme respectivement, ainsi que de deux stations de radio, entre autres projets.

Le représentant national de la TIKA en Ouganda, Yahya Acu, a déclaré à l'Agence Anadolu (AA) qu'il avait l'intention de répondre à une demande d'établir une station de radio dans l'ouest de l'Ouganda et ainsi de faciliter l'interconnexion avec les communautés mondiales.

Actuellement, la radio est la principale source d'information en Ouganda, avec plus de 75 % de la population qui dépend de la radio pour les nouvelles et les informations. C'est parce que la radio est peu coûteuse et utilise des piles qui sont abordables puisque la majorité des gens n'ont pas d'électricité pour regarder la télévision.

Bien que d'autres régions de l'Ouganda disposent d'au moins une station de radio traitant des questions liées aux Musulmans, la région occidentale n'a pas d'une seule radio similaire.

Le mufti de l'ouest de l'Ouganda, AbdulMajid Kamara, a confié à l'Agence Anadolu que, bien que la charité soit parfois mal comprise aux dépens du bénéficiaire, on doit reconnaître qu'elle vient du cœur et qu'il s'agit d'une entreprise noble qui joue un rôle important dans l'amélioration de la condition humaine.

« La charité se présente sous différentes formes et dimensions, mais quelle qu'en soit la forme, des actes de bienveillance et de gentillesse sans aucune pensée de récompense, contribuent à renforcer notre quête commune de solidarité mondiale et de vivre ensemble en harmonie et d'atténuer les crises humanitaires et les souffrances humaines", a-t-il ajouté.

« Aujourd'hui plus que jamais, chaque individu capable doit donner plus et mieux, pour soulager les souffrances accrues provoquées par la crise de la Covid-19 », a déclaré Saim Celik, directeur de la FES.

« L’eau a particulièrement attiré notre attention récemment, car les responsables de la santé ont souligné que se laver les mains régulièrement et correctement est l’un des moyens les plus efficaces de prévenir la Covid-19. Nous avons construit plusieurs puits avec différents travaux de forage dans différentes zones pour que les personnes de toutes confessions puissent accéder à de l'eau propre et gratuite. Quand il n'y a pas d'eau potable, les gens n'auront d'autre choix que de dépendre d'une eau insalubre ou de ne pas se laver les mains, s'exposant ainsi à la Covid-19 », a-t-il ajouté.

Selon le World Resources Institute, une personne sur trois en Afrique est confrontée à une pénurie d'eau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET