Bakou conseille à Erevan d'accepter la réalité du régime frontalier

"Nous conseillons à l'administration d'Erevan de reconnaître la réalité du régime frontalier de l'Azerbaïdjan dans les régions de Zangilan, Gubadli, Lachin et Kelbajar, et de ne pas aggraver la situation dans la région sans fondement"

1639756
Bakou conseille à Erevan d'accepter la réalité du régime frontalier

 

Des tensions apparaissent par moment au sujet de la détermination de la frontière entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie.

L'implantation de l'armée azerbaïdjanaise dans les provinces de Lachin et Kelbajar, libérées de l'occupation arménienne, dans les positions proches de la frontière avec l'Arménie, a provoqué des tensions entre les deux pays.

Le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan a décidé de s'adresser à l'Organisation du traité de sécurité collective, affirmant que certaines régions où l'armée azerbaïdjanaise s'est installée sont des territoires arméniens.

Dans une déclaration à l'Agence Anadolu, la porte-parole du ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères, Leyla Abdullayeva, a assuré que l'Azerbaïdjan avait pris des mesures pour renforcer le système de protection des frontières dans le cadre de son intégrité territoriale et que ces activités étaient menées à l'aide de cartes.

Déclarant qu'en raison de la guerre entre les deux pays après l'effondrement de l'Union soviétique,il n'y avait pas de frontières définies, Abdullayeva a noté qu'un processus technique complexe est actuellement en cours, accompagné de désaccords entre les parties.

La porte-parole du ministère a affirmé que les déclarations provocantes de la partie arménienne étaient liées à la situation pré-électorale dans le pays.

Conseillant aux cercles politiques et militaires arméniens de ne pas paniquer, Abdullayeva a déclaré: "Nous conseillons à l'administration d'Erevan de reconnaître la réalité du régime frontalier de l'Azerbaïdjan dans les régions de Zangilan, Gubadli, Lachin et Kelbajar, et de ne pas aggraver la situation dans la région sans fondement. Ce genres de questions peuvent-être résolues par des contacts entre les responsables militaires des deux pays".

- Entretiens téléphoniques pour résoudre le problème

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a eu une conversation téléphonique avec le ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères Ceyhun Bayramov et le ministre arménien des Affaires étrangères Ara Ayvazyan pour discuter des tensions à la frontière.

La présidente actuelle de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et ministre suédoise des Affaires étrangères, Ann Linde, a également discuté de la question au téléphone avec Bayramov et Ayvazyan.

Le Premier ministre arménien Pashinyan a également appelé le président russe Vladimir Poutine et discuté de la situation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET