Sahel : les propos de Jean-Yves Le Drian suscitent des réactions au Mali

De nombreux interlocuteurs pensent que «la seule alternative pour que le Mali s'en sorte», est que sa gouvernance soit confiée à des dirigeants qui ont «conscience des enjeux et capables de défendre les intérêts du pays».

1571305
Sahel : les propos de Jean-Yves Le Drian suscitent des réactions au Mali

 

Les récentes déclarations du ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères sur la présence militaire de son pays au Sahel ont suscité des réactions mitigées au Mali. Si pour les autorités la présence militaire française est nécessaire pour assurer la sécurité face à la menace terroriste, pour certains analystes, cette présence renferme plutôt une dimension géostratégique et des intérêts économiques.

«L’objectif est toujours le même… On ne se désengage pas et on veut lutter contre le terrorisme», avait martelé dimanche dernier Jean-Yves Le Drian à l’antenne de France Info.

Pour lui, la présence française au Sahel vise à «se sécuriser» d’autant plus que le Sahel est la «frontière sud» de l’Hexagone.

Ces déclarations ont été faites au moment où des organisations comme le Mouvement «Yèrèwolo-Debout sur les remparts» (un collectif formé d'organisations de la société civile, de partis politiques et d'activistes) sont revenues à la charge ces dernières semaines pour exiger le retrait du Mali des forces étrangères, notamment françaises.

Pour Abdourhamane Dicko, ancien président de l’Association des ressortissants de Gabéro (ARG), «ces mots sont des déclarations politiques fortes qui vont dans le sens aussi de celles des autorités actuelles du Mali. Il y a convergence de vues entre les deux pays, nonobstant les mouvements de rue à Bamako contre la présence française».

Chroniqueur politique réputé au Mali, Alexis Kalambry a abondé presque dans le même sens. «Ces propos de Jean-Yves Le Drian rassurent. Aucune armée au Sahel ne peut vaincre les terroristes. Dans l’histoire militaire au monde, aucune armée n’a vaincu les extrémistes. Le seul cas que l’on peut citer est l’Algérie qui a néanmoins négocié avec le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC, apparu à l’automne 1998)», a-t-il souligné.

«Le Mali voire le Sahel ne peut pas se passer de la France car la lutte contre le terrorisme ne se gagne pas en deux jours. Et le départ des troupes françaises ne fera que détériorer la situation… Même si l’idéal est de nous défendre nous-mêmes», a reconnu Almoustapha Cissé, responsable d’une organisation caritative malienne présente au centre et au nord du Mali.

Pour M. Dicko, membre influent de la société civile du nord du Mali, la collaboration entre Barkhane et les Forces armées maliennes (FAMa) en fin de la semaine dernière à Boulkessi et Mondoro (centre du Mali) est «un indicateur du changement de paradigme de la présence française au Sahel».

Il fait allusion au fait que, dans la nuit du 23 au 24 janvier, les postes de sécurité des FAMa à Boulkessi et Mondoro ont été attaqués par des groupes armés terroristes (GAT).

Des Mirages 2000 et Tigres ont alors appuyé les FAMa permettant de neutraliser une trentaine de terroristes.

«L'heure n'est pas au désengagement…», a souligné Dicko.

Mais pour certains interlocuteurs comme Massiré Ly, un cadre du parti CARE (Convergence africaine pour le renouveau) en France, la présence française est beaucoup plus liée à des intérêts géopolitiques et géostratégiques qu’à la lutte contre le terrorisme. «La présence de la France au Sahel va au-delà de la lutte contre le terrorisme c’est un engagement géopolitique stratégique et économique compte tenu des ressources naturelles non négligeables au Sahel, particulièrement au Mali avec ses réserves d’eau douce, de pétrole, du gaz, de l’uranium…», a-t-il analysé.

C’est aussi l’avis d’Alfousseyni Sidibé, professeur d’université et consultant indépendant en communication institutionnelle.

«Le Sahel, particulièrement le Mali, est une digue. Quand elle va s'effondrer, l'Europe va être inondée. Au-delà de cette explication, le Sahel a un enjeu géostratégique à cause de ses précieuses ressources minérales et sa position géographique qui permet de scruter le monde entier».

Comme Alfousseyni Sidibé, de nombreux interlocuteurs pensent que «la seule alternative pour que le Mali s'en sorte», est que sa gouvernance soit confiée à des dirigeants qui ont «conscience des enjeux et capables de défendre les intérêts du pays».

Autrement, il faut au pays des «institutions fortes», une bonne gouvernance appuyée par une «diplomatie agressive» pour le sauver d'un «naufrage certain».

A noter que depuis 2012, le Mali est confronté à une profonde crise multiforme, sécuritaire, politique, économique. Les insurrections indépendantistes, puis les incursions jihadistes ainsi que les violences intercommunautaires ont fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés. Et ce malgré la présence des forces onusiennes (MINUSMA), françaises (Barkhane) et tout récemment européennes (Takuba).

Parties du nord du Mali, les violences se sont propagées au centre et menacent de plus en plus le reste du pays où une junte militaire a contraint le président Ibrahim Boubacar Kéita à dissoudre l’Assemblée nationale et à démissionner de ses fonctions le 18 août 2020.

Une transition politique y est en cours depuis le 15 septembre dernier et pour 18 mois, un délai fixé par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

AA



SUR LE MEME SUJET