Javad Zarif réagit contre les déclarations de son homologue français Jean-Yves Le Drian

Le chef de la diplomatie iranienne Javad Zarif a réagi contre les déclarations du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, qui a affirmé que son pays avait développé sa capacité d'armes nucléaires.

1565392
Javad Zarif réagit contre les déclarations de son homologue français Jean-Yves Le Drian

 

Le chef de la diplomatie iranienne Javad Zarif a réagi contre les déclarations du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, qui a affirmé que l'Iran avait développé ses capacités nucléaires.

Dans une déclaration faite sur son compte Twitter, le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif a défendu que les leaders de l'Allemagne, de la France et de la Grande-Bretagne n'ont fait aucun effort pour maintenir l'accord nucléaire baptisé plan d'action global commun (PAGC) signé entre son pays et les 5 membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) et l’Allemagne.

“L'accord PAGC vit grâce à l’Iran et non grâce à ces trois pays”, a affirmé Zarif qui a mentionné son homologue français Jean-Yves Le Drian dans son message.

Il a rappelé que Le Drian avait occupé le poste de ministre de la Défense de la France entre 2012-2017.

"Cher collègue, vous avez commencé votre carrière au cabinet par des ventes d'armes aux criminels de guerre saoudiens. Évitez les déclarations absurdes sur l'Iran. La vérité est que vous déstabilisez notre région. Cessez de protéger les criminels qui éliminent leurs opposants et utilisent vos armes pour massacrer des enfants au Yémen”, a martelé Zarif.

Le ministre français des Affaires étrangères, Le Drian, qui a accordé une interview au quotidien ‘Journal du Dimanche’, avait déclaré que l'Iran développe sa capacité en matière d'armes nucléaires et que les administrations de Téhéran et de Washington devraient revenir 'd'urgence' à l'accord nucléaire.

Les parties européennes de l'accord nucléaire, connu sous le nom d'E3, la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, ont exprimé leur profonde inquiétude quant au fait que l'Iran commencerait à travailler pour produire l'uranium métallique, et ont appelé l'administration de Téhéran à remplir ses obligations découlant de l'accord sur le nucléaire.

Un communiqué conjoint publié par les porte-paroles des ministères des Affaires étrangères des trois pays, note que la production d'uranium métallique de l'Iran n'avait aucune fiabilité civile et avait des implications militaires potentiellement graves.



SUR LE MEME SUJET