Inde : arrestation de manifestants contre la loi sur la citoyenneté dans plusieurs États

"Je veillerai à ce que la loi modifiée sur la citoyenneté de l'État ne soit pas appliquée tant que je serai en vie", a déclaré Banerjee, PM de l'État du Bengale occidental

1331013
Inde : arrestation de manifestants contre la loi sur la citoyenneté dans plusieurs États


 

Les autorités indiennes ont arrêté plusieurs manifestants protestant contre la nouvelle loi sur la citoyenneté, dans différentes régions du pays.

Selon des informations rapportées par les médias locaux, diverses régions de la capitale, New Delhi, ont été le théâtre de manifestations contre la loi, après la prière du vendredi.

La police indienne a dispersé une manifestation près du Parlement, au cours de laquelle elle a arrêté un certain nombre de manifestants.

Des centaines de personnes, y compris des politiciens, ont manifesté dans le "vieux Delhi", tandis que les forces de sécurité ont bloqué une marche en direction de la résidence du Premier ministre indien, Narendra Modi.

Dans certains autres quartiers de la capitale, certaines stations de métro ont été fermées à la suite de manifestations appelant à la libération des détenus.

Le Rajasthan, l'Andhra Pradesh, le Maharashtra et d'autres États ont également connu des manifestations contre la loi, organisées par des étudiants, des politiciens et des organisations de la société civile.

Au cours des manifestations, qui ont eu lieu après la prière du vendredi, les forces de sécurité indiennes ont arrêté plusieurs manifestants (dont le nombre n'a pas été précisé).

"Je veillerai à ce que la loi modifiée sur la citoyenneté de l'État ne soit pas appliquée tant que je serai en vie", a déclaré Mamata Banerjee, Premier ministre de l'État du Bengale occidental.

L'Inde est le théâtre de protestations condamnant la loi sur la citoyenneté, qui autorise l'octroi de la nationalité indienne aux immigrants en situation irrégulière, détenant la nationalité du Bangladesh, du Pakistan ou de l'Afghanistan, à condition qu'ils ne soient pas musulmans et soient persécutés en raison de leur religion.

Les politiciens de l'opposition au Parlement et les manifestants de plusieurs villes indiennes estiment que "le projet de loi est discriminatoire contre les musulmans et viole la Constitution indienne laïque".

"La loi est destinée à offrir un refuge à ceux qui fuient la persécution religieuse", déclare pour sa part le gouvernement indien, dirigé par le Premier ministre Narendra Modi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET