Algérie : la visite du prince héritier Mohammed Bin Salman confirmée

« Cette visite s'inscrit dans le cadre des activités diplomatiques et ne revêtait aucune autre intention liée au marché pétrolier», a déclaré le ministre algérien de l’Energie

1096455
Algérie : la visite du prince héritier Mohammed Bin Salman confirmée

Le ministre algérien de l'Energie, Mustapha Guitouni, a confirmé la visite dans les prochains jours en Algérie du prince héritier saoudien, Mohammed Bin Salman. 

Lors d’une conférence de presse animée, mardi, au siège du Parlement, Mustapha Guitouni a indiqué que « cette visite s'inscrivait dans le cadre des activités diplomatiques et ne revêtait aucune autre intention liée au marché pétrolier». 

«Il s'agit d'une visite d'amitié du Prince héritier Mohammed Bin Salman au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, une visite qui n'a aucun lien avec les nouvelles donnes des marchés internationaux du pétrole », a-t-il expliqué, selon ses propos cités par de nombreux médias dont l’agence officielle, APS. 

Mais le ministre n’a pas avancé de date précise de cette visite. 

Il n’a pas réagi, également, aux voix qui s’élèvent contre cette visite controversée. 

Après le Mouvement de la société pour la paix (MSP), principal parti d’opposition d’obédience islamique, le Parti socialiste des travailleurs (PST), micro-parti d’extrême gauche, non représenté à l’assemblée, a également appelé les citoyens à rejeter cette visite. 

Outre les contestations sur les réseaux sociaux, un autre appel dans ce sens a été également lancé par le Forum social algérien qui regroupe de nombreuses organisations de la société civile. 

Le ministre a, par ailleurs, indiqué que «l'Arabie Saoudite ne s'est pas retirée de l'accord de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires non Opep sur la baisse de la production », précisant que le Cartel « ne subit pas de pressions et est souverain dans ses décisions ». 

Selon lui, l'Arabie Saoudite a faiblement augmenté sa production pour faire face à la baisse de l'offre, induite par le recul de la production du Venezuela et de la Libye, afin de garantir l'équilibre du marché ». 

Il a également ajouté que la prochaine réunion ministérielle des pays Opep et non Opep, qui aura à se pencher sur le travail des sous-comités dont la réunion prévue entre le 4 et 7 décembre prochain, sera consacrée à l’étude des développement du marché pétrolier et sera couronnée par « plusieurs décisions ». 

«L’Algérie œuvre actuellement à rapprocher les points de vue entre les pays producteurs membres de l’Opep et ceux non membres », at-il dit. 

«Il sera procédé également à un échange de vues et à l'examen des différentes données et propositions pour aboutir à un accord acceptable par tous», a-t-il souligné. 

 

 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET