Le MAE français au Congo, au Tchad et en Éthiopie, jeudi et vendredi

Jean-Yves Le Drian évoquera, notamment, à l'occasion avec les présidents congolais, Sassou Nguesso et tchadien Idriss Déby Itno, la situation en Centrafrique

988065
Le MAE français au Congo, au Tchad et en Éthiopie, jeudi et vendredi

Le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, se rendra, jeudi et vendredi, au Congo, au Tchad et en Éthiopie, a annoncé la Diplomatie française.

"Cette visite s’inscrit dans le cadre du dialogue étroit et régulier que nous menons avec l’Union africaine (UA) et les pays africains engagés en faveur de la paix et de la sécurité sur le continent", précise le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué publié sur son site.

Ces échanges seront l’occasion "d’évoquer les enjeux de sécurité régionale, en particulier les situations en République centrafricaine, en République démocratique du Congo, au Sahel, en Libye, en Somalie et au Soudan du sud. Ils permettront également d’échanger sur notre partenariat avec le Congo-Brazzaville, le Tchad, l’Éthiopie et l’Union africaine", précise la même source.

Revenant sur cette visite le site "La Libre Afrique" ( relevant du journal belge La Libre Belgique) rapporte que "Le Drian s’entretiendra de la Centrafrique et de la Libye jeudi avec les présidents congolais, Denis Sassou Nguesso à Brazzaville et tchadien Idriss Déby Itno à N’Djamena", avant d'achever "sa tournée africaine vendredi à Addis Abeba par un entretien avec le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki, sur les opérations de maintien de paix en Afrique".

S'agissant de la Centrafrique, le média rappelle que "la France est intervenue dans ce pays en 2013 pour enrayer des affrontements intercommunautaires après la descente sur Bangui de la rébellion de la Séléka" et de préciser que "Paris a depuis passé le relais à la communauté internationale et mis fin en décembre 2016 à son opération militaire Sangaris mais de récentes violences font craindre un nouvel embrasement".

"La Mission de l’ONU en Centrafrique (Minusca, 10.000 soldats) tente aujourd’hui de prévenir les violences dans les provinces, majoritairement contrôlées par des groupes armés qui se battent pour le contrôle des ressources et de l’influence", indique le site, soulignant que la Russie est aussi entrée en jeu, depuis la fin 2017, date à laquelle "Moscou a été autorisé par l’ONU à livrer des armes et à envoyer des instructeurs militaires à Bangui".

 

AA


Mots-clés: #Le Drian , #France , #Afrique

SUR LE MEME SUJET