Des centaines de Rohingyas traversent au Bangladesh pour fuir les violences

Quelque 30.000 personnes ont été déplacées par les violences qui ont fait des dizaines de morts depuis octobre dans l'Etat Rakhine, dans l'ouest de la Birmanie

615627
Des centaines de Rohingyas traversent au Bangladesh pour fuir les violences

Des centaines de Rohingya sont entrés ces derniers jours sur le territoire du Bangladesh pour fuir les violences de l'ouest de la Birmanie, ont rapporté mardi des représentants de la communauté.

L'armée birmane mène des opérations dans une région frontalière du Bangladesh, où vivent un grand nombre de membres de la minorité musulmane des Rohingyas.

Quelque 30.000 personnes ont été déplacées par les violences qui ont fait des dizaines de morts depuis octobre dans l'Etat Rakhine, dans l'ouest de la Birmanie où se concentre la minorité rohingya, selon l'ONU.

Des leaders de la communauté rohingya au Bangladesh ont indiqué à l'AFP qu'environ un millier de personnes avaient réussi à franchir la frontière, malgré une surveillance et des patrouilles renforcées.

Des centaines d'autres ont cependant été repoussées à la frontière par l'armée, ont indiqué les militaires.

Par crainte d'être expulsés si découverts, la plupart des arrivants se cachent dans les camps de réfugiés qui existent depuis plusieurs décennies dans la région, où 32.000 Rohingyas vivent déjà légalement.

Mohammad Amin, 17 ans, raconte que lui et une quinzaine de personnes ont fui leurs foyers dans le Rakhine cinq jours auparavant et ont rejoint le Bangladesh en traversant à la nage la rivière Naf, qui sépare les deux pays.

"L'armée (birmane) a tué mon père et mon grand frère. Je me suis caché sur une colline et ai marché et ai traversé la rivière à la nage pour me réfugier dans une mosquée" côté bangladais, a-t-il dit par téléphone à l'AFP depuis la ville de Cox's Bazar, proche de la frontière.

Sur le chemin "je ne voyais que des maisons calcinées. Je ne sais pas ce que sont devenues ma mère et ma soeur", a-t-il ajouté.

AFP



SUR LE MEME SUJET