Initiative extra-judiciaire de la Russie: les activités de l'Assemblée tatare de Crimée, stoppées

Moscou a stoppé les activités de l'Assemblée nationale tatare de Crimée

470849
Initiative extra-judiciaire de la Russie: les activités de l'Assemblée tatare de Crimée, stoppées

La Russie lance une nouvelle initiative extra-judiciaire.

Moscou a stoppé les activités de l'Assemblée nationale tatare de Crimée.

Selon un article de l'agence russe TASS, le procureur Natalia Poklonskaïa nommé par la Russie en Crimée a décidé d'arrêter les activités de l'Assemblée jusqu'à la finalisation du procès.

Elle avait déjà demandé que les activités de l'Assemblée soient interdites et qu'elle soit inscrite comme une organisation extrémiste.

Le procureur défend que la décision est prise pour "prévenir la violation des lois russes".

« Ainsi, les droits de l'Assemblée sont gelés et cette dernière n'est pas autorisée à utiliser la presse publique et locale, à organiser des réunions et à faire de la propagande » a-t-elle indiqué.

L'ancien président de l'Assemblée tatare de Crimée, Abdulcemil Kirimoglu a fermement critiqué le gel des activités de l'Assemblée.

« La position de la Russie vis-à-vis des Tatars de Crimée est la suite de la politique soviétique. Nous avions pensé que la Russie était revenue à la raison après l'effondrement de l'URSS. Mais rien n'a changé et c'est devenu pire. Il est juste de dire qu'il 'n'y a pas de justice dans les affaires politiques aux tribunaux'. Les tribunaux adoptent les décisions selon les ordres » a-t-il réagit.

Il a noté que cette décision est même contraire au Code pénal ruse.

Le président de l'Assemblée nationale des Tatars de Crimée, Refat Tchoubarov a fait part d'une occupation en Crimée, soulignant ne pas considérer légitime ces procureurs et leurs activités.

Le procureur Poklonskaïa avait saisi le 15 février la Haute Cour de Crimée pour la fermeture de l'Assemblée nationale des Tatars de Crimée.

La première audience s'était déroulée le 3 mars puis le procès avait été reporté à 4 reprises pour différents motifs.

En outre, l'Assemblée lituanienne a adopté une décision qui condamne la Russie pour des violations des droits de l'homme contre des Tatars et Ukrainiens en Crimée.

Dans un communiqué écrit, l'Assemblée lituanienne affirme qu'aucune opposition n'a été observée au vote qui a rassemblé 90 députés.



SUR LE MEME SUJET