Boko Haram : Le poisson, source de financement

L'organisation terroriste se sert du poisson fumé

239138
Boko Haram : Le poisson, source de financement

Le groupe armé nigérian BokoHaram se sert du poisson fumé confisqué aux pêcheurs du Lac Tchad pour financer ses opérations militaires.

Les combattants de Boko Haram profitent des circuits d’acheminement des marchandises vers les marchés du Nigéria, pour s’accaparer des produits et les revendre à leur façon, via des intermédiaires, dans le nord du pays, selon une source officielle qui a requis l’anonymat.

Dans l’objectif de tarir les sources de Boko Haram, le gouvernement de Diffa (ville du Sud-est du Niger frontalière du Nigéria) a temporairement interdit, mercredi, le transport du poisson du Nigéria et du reste des pays limitrophes, où sévissent les groupes de Boko Haram, d'après la meême source.

Près de 200 camions qui étaient interdits d’entrer au Nigéria, coincés au niveau de la frontière depuis plusieurs jours ont finalement été autorisés à titre exceptionnel à franchir la frontière vers l’intérieur du pays. Les autorités l’ont décidé à titre exceptionnelle et pour « une dernière fois », selon la même source.

« Les insurgés nigérians confisquent aux pêcheurs du lac Tchad leurs cargaisons de carpes et de silures une fois que les poissons d’eau douce ont été séchés et fumés », a rapporté le site RFI, citant une source de la région de Diffa.

Les autorités nigériennes reconnaissent que «cette interdiction entraînera sans doute des pertes de revenus pour des foyers du sud-est du Niger, mais c’est le prix à payer, nuancenet-elles, pour assécher Boko Haram », ajoute le même support d’information.

 

AA

 


Mots-clés:

SUR LE MEME SUJET