La Turquie regrette un manque de coopération de l'Arabie sadoutie concernant le meurtre de Khashoggi

Le porte-parole du Parti pour la Justice et le Développement (AK Parti), Omer Celik a regretté un manque de coopération de la part de l'Arabie saoudite, concernant l'assassinat du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi.

La Turquie regrette un manque de coopération de l'Arabie sadoutie concernant le meurtre de Khashoggi

Le porte-parole du Parti pour la Justice et le Développement (AK Parti), Omer Celik a regretté un manque de coopération de la part de l'Arabie saoudite, concernant l'assassinat du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi.

Celik s'est exprimé après la réunion de son parti, lundi à Ankara.

Il a rappelé qu'une délégation des Nations unies (ONU), guidée par Agnes Callamard, rapporteuse spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires du Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, a effectué une visite en Turquie.

Celik a fait savoir que les autorités saoudiennes n'ont pas répondu aux appels lancés par la Turquie en vue de coopérer pour élucider l'affaire, et les responsables du consulat saoudien à Istanbul ont refusé l'entrée de la délégation en question.

Ainsi, le porte-parole a réitéré le besoin d'une enquête internationale et d'une coopération, et a insisté que l'étude menée par la délégation onusienne est importante pour la Turquie.

Concernant la question syrienne, Celik a dit que la Turquie est menacée par plusieurs groupes terroristes, dont Daech et le YPG/PKK, insistant que "les préoccupations d'Ankara ne peuvent pas être reportées ou négociées".

En outre, Celik a critiqué la décision du président français, Emmanuel Macron, d'instaurer le 24 avril comme la journée de commémoration du prétendu "génocide" arménien.

"La France doit faire face à son passé, surtout d'un point de vue juridique, aux meurtres et violations des droits de l'Homme perpétrés par les autorités françaises, dans nombreux pays allant du Cameroun à l'Algérie", a-t-il insisté.

En conclusion, le porte-parole a rappelé la tension affectant les Turcs Ouïghours en Chine.

"L'intégrité territoriale et la sécurité de la Chine sont importantes pour nous, a-t-il conclu. L'arrestation arbitraire [...] des Turcs Ouïghours n'est aucunement légitime."

AA



SUR LE MEME SUJET