Visite du président Erdogan dans la région autonome de Gagaouzie et les relations avec la Moldavie

Étude du Dr. Cemil Dogac Ipek, membre du corps académique du département des Relations internationales à l’université Karatekin

Visite du président Erdogan dans la région autonome de Gagaouzie et les relations avec la Moldavie

Le président de la République, Recep Tayyip Erdogan, a visité la Moldavie et la région autonome de Gagaouzie en Moldavie.

La région autonome de Gagaouzie, habitée par les Turcs gagaouzes, en Moldavie, a accueilli une visite historique il y a quelques jours. Le président de la République, Recep Tayyip Erdogan, est le premier président turc à avoir réalisé une visite en Moldavie en 19 ans. Il a consacré la seconde journée de sa visite à la région autonome de Gagaouzie. M. Erdogan s’est rendu à Comrat, la capitale gagaouze, avec le président moldave Igor Dodon, le 18 octobre 2018. Les deux hommes ont été accueillis, dès leur arrivée en hélicoptère, par la présidente de la région autonome de Gagaouzie, Irina Vlah. Les Turcs gagaouzes qui l’attendaient avec des drapeaux turcs, l’ont accueilli chaleureusement. Dans le cadre de son programme à Comrat, M. Erdogan s’est rendu au siège du comité exécutif où un entretien tripartite a eu lieu avec Igor Dodon et Irina Vlah.

          M. Erdogan a inauguré des projets très importants sur le plan économique et culturel. D’autre part, il a souligné la présence de la Turquie dans ce petit pays, politiquement complexe, de l’ex-URSS, à travers ses messages et les nouveaux projets annoncés.

          Le président turc a inauguré, dans le cadre de sa visite, le centre de développement de l’enfance, l’hôpital et la crèche construits par la Turquie à Comrat, la Maison culturelle totalement restaurée, et une maison de retraite à Cadir-Lunga considérée comme la capitale culturelle de Gagaouzie. M. Erdogan a annoncé en personne, lors de son discours à Comrat, le lancement d’un projet infrastructurel qui permettra de résoudre les problèmes en eau de Vulkanesti. Il a annoncé que la construction d’un complexe éducatif d’envergure sera lancée l’année prochaine à Comrat et que le consulat général de Turquie sera prochainement ouvert à Comrat.

          M. Erdogan a donné des messages importants aux Gagaouzes, communauté turque chrétienne, qui se sont préparés avec beaucoup d’enthousiasme à sa visite. Le message le plus frappant concernait la langue et l’intégrité. Il a appelé les Gagaouzes à défendre leur langue natale, tout en les avertissant d’apprendre et d’utiliser la langue officielle moldave de la meilleure manière. Malheureusement, la situation concernant l’utilisation du turc gagaouze n’est pas très plaisante, d’où cet avertissement et cet appel. En effet, la Gagaouzie est devenue une région où la langue natale n’est quasiment plus parlée (malgré les efforts sincères et le fort soutien économique de la Turquie).

          La région autonome de Gagaouzie abrite trois langues officielles. Le turc gagaouze, le moldave et le russe sont les langues officielles de la région depuis une loi promulguée en 1995. Le russe est dominant dans cette région constituée à 82% de turcs gagaouzes. La situation est relativement meilleure dans les villages, sur le plan de la langue natale. Bien que les personnes âgées et d’âge moyen parlent le turc gagaouze, les jeunes et les enfants ne connaissent pas leur langue natale, ou très peu. Le turc gagaouze est uniquement perpétué dans les chansons, les contes, les discussions avec les aînés et quelques petits médias actifs avec le soutien de la Turquie.

          La Turquie a reconnu en décembre 1991 la République moldave qui a proclamé son indépendance en août 1991. Les relations diplomatiques entre les deux pays ont été fondées le 3 février 1992. « Le pacte d’amitié et de coopération » considéré comme le fondement juridique des relations avec la Moldavie a été signé pendant la visite en Moldavie du 9ème président de la République, Suleyman Demirel, les 2 et 3 juin 1994. « L’accord concernant la levée réciproque du régime des visas » a été signé le 1er novembre 2012 entre les deux pays.

          Les relations bilatérales ont gagné de l’élan ces derniers temps, de multiples visites de haut rang ont été réalisées. La visite du président Erdogan est très importante dans ce contexte. Selon les données de 2016, l’exportation de la Turquie en Moldavie a atteint 189 millions de dollars, et l’importation depuis la Moldavie, 124 millions de dollars, pour un volume des échanges commerciaux de 313 millions de dollars entre les deux pays. L’accord de libre-échange signé entre la Turquie et la Moldavie est entré en vigueur le 1er novembre 2016.

          La Turquie est le seul pays à avoir réalisé des aides sincères et gratuites à la région autonome de Gagaouzie. C’est un fait connu par tous ceux qui ont plus ou moins de l’intérêt pour cette région. Les aides réalisées en région autonome de Gagaouzie par l’intermédiaire de la TIKA, qui est l’organisme humanitaire le plus actif dans la région, sont très importantes. Le problème d’eau potable, qui est la question la plus importante de cette région, a été résolu avec l’aide de la TIKA. Celle-ci a signé des centaines de projets allant du renforcement de l’infrastructure de la Radio-Télévision de Gagaouzie à la fondation de la bibliothèque Ataturk, de l’assistance à l’Université de Comrat à la construction d’une maison de retraite, de la restauration du bâtiment de l’Assemblée populaire à la rénovation des stades, hôpitaux et construction de crèches et écoles. Lorsqu’elle réalise toutes ces aides, la Turquie ne s’ingère aucunement dans les affaires intérieures de la région autonome de Gagaouzie ou de la Moldavie. Bien au contraire, elle tente de se démarquer comme un pilier de la stabilité régionale.

          C’est dans ce contexte que nous devons évaluer la phrase suivante citée par M. Erdogan dans son discours à Comrat : « L’intégrité territoriale de la Moldavie a, à nos yeux, une importance vitale ». La Turquie ne veut pas que la région autonome de Gagaouzie soit utilisée comme un instrument de conflit dans la guerre d’influence entre la Russie et l’Occident menée via la Moldavie. Il semble que la Moldavie considère la présence de la Turquie en Gagaouzie comme un élément de stabilité. De ce point de vue, l’accent mis à plusieurs reprises sur l’intégration des Gagaouzes en Moldavie et l’intégrité de la Moldavie par Erdogan est important. Cet accent peut être considéré comme un message aux Gagaouzes, qui risquent d’oublier leur langue natale, aux partisans de l’unification de la Moldavie avec la Roumanie (et leurs soutiens en Occident), et à la Russie qui n’hésite pas à user de tous les moyens dans la guerre d’influence sur les anciens pays soviétiques.

          En fin de compte, cette visite a démontré que la position claire et déterminée du président turc Erdogan concernant la région est une sortie de secours et un élément d’équilibre pour les Turcs chrétiens bloqués entre l’Europe et la Russie. Par conséquent, le soutien de la Turquie aux Turcs gagaouzes pourrait être accentué dans les périodes à venir.



SUR LE MEME SUJET