Industrie de défense turque: Vecihi Hurkus et les avions Hurkus

Une étude de Tarkan Zengin, directeur de formation du syndicat turc Harb-Is

Industrie de défense turque: Vecihi Hurkus et les avions Hurkus

Le Festival de l’aéronautique, de l’espace et de la technologie «  TEKNOFEST ISTANBUL » organisé pour la première fois en Turquie sous le leadership de la Mairie d’Istanbul et de la fondation T3, a eu lieu les 20-23 septembre. Lors de la réunion de présentation du festival, le président du conseil d’administration de la fondation T3, Selcuk Bayraktar, a affirmé que le festival était très important pour le secteur des technologies nationales. Les spectacles, concours, séminaires et workshops réalisés durant le festival en sont la preuve.

Exposé lors du festival, HÜRKUŞ a également réalisé un spectacle aérien. En observant les avions Hürkuş (littéralement, oiseau libre), je me suis rappelé la vie de Vecihi Hürkuş qui a une place importante dans l’histoire de l’aviation turque. Voir nos jeunes qui ressentent le même enthousiasme que Vecihi Hürkuş  qui a réalisé des travaux importants dès un très jeune âge, nous donne de l’espoir pour l’avenir du pays. Le soutien de l’Etat qui n’avait pas été attribué à Vecihi Hürkuş, ouvre cette fois la voie aux jeunes inventeurs. D’ailleurs Vecihi Hürkuş relatait cette situation comme tel : « Je savais très bien comment ils ont commencé l’aviation dans les pays étrangers, quels ateliers ils ont créés. La foi nationale et l’encouragement étaient la seule voie pour une réussite dans ce domaine. Moi aussi, j’en avais besoin pour réussir. La seule liberté qui ne peut nous être prise est la liberté d’adopter l’attitude que nous souhaitons. Moi, Vecihi Hürkuş, j’ai mérité mon nom de famille en rajoutant des ailes à mon pays. Ma liberté était de consacrer ma vie à l’idée selon laquelle le chemin pour l’indépendance nationale passait par la production nationale, car ceux qui tentent de voler avec les ailes des autres, ne peuvent être des "oiseaux libres". » Aujourd’hui la Turquie marche vers l’avenir avec foi pour voler de ses propres ailes dans le domaine de la défense.

Vecihi Hürkuş est né à Istanbul en 1896. Il a perdu son père alors qu’il était enfant. Outre le fait qu’il était une des personnalités éminentes de l’histoire de l’aviation turque, il est également le héros d’une vie triste avec tout son vécu. Il a noté un grand nombre de succès en inscrivant son nom dans l’histoire de l’aviation. Par exemple, il a été le premier pilote turc ayant abattu un avion ennemi en 1917 alors qu’il était en mission dans le front du Caucase. Il est le premier concepteur d’avion ayant fabriqué des avions portant son nom. Il est le fondateur de la première école de pilotes et l’enseignant de la première femme pilote de notre pays. Il est également le fondateur de la première école d’aviation civile et de la première compagnie aérienne civile de Turquie, Hürkuş Airlines. Vecihi Hürkuş est le premier pilote de 102 modèles différents d’avions de combat et civils. Avec 30.000 heures de vols entre 1916 et 1967, il est le détenteur d’importants records. Il a participé à la Guerre pour l’Indépendance en tant que volontaire. Lors d’un de ses vols d’observation réussis, il a abattu un avion grec. Suite à ses succès, il a reçu la Médaille de l’Indépendance par la Grande Assemblée nationale de Turquie.

 

Vecihi Hürkuş a fabriqué son premier avion Vecihi K VI et a réalisé en 1925 son premier vol. Ainsi un jeune de 29 ans a fabriqué notre premier avion avec ses moyens limités. Or, au lieu d’être récompensé pour cette réussite, il a été puni. Il a eu une coupure de salaire et a été assigné à résidence durant 10 jours pour avoir volé sans autorisation. Il a quitté l’armée suite à cette sanction. « J’avais oublié que j’étais un soldat et je m’étais opposé aux ordres » avait-il écrit dans une tribune qu’il a rédigée en 1925. Il a vécu des choses semblables en raison de la première compagnie aérienne civile de Turquie qu’il a fondée en 1954, Hürkuş Airlines. Il s’était constitué une flotte en réparant les avions délaissés par Turkish Airlines. Ses vols ont été annulés sans motif apparent et ses avions ont été sabotés pour l’empêcher de réussir.

 

Vecihi Hürkuş fabrique en 3 mois son avion « Vecihi XIV » dans un dépôt de vente de bois qu’il a loué à Kadikoy. Il réalise son premier vol avec cet avion en 1930. Il s’adresse au ministère de l’Economie de l’époque pour s’approprier un certificat d’autorisation de vol pour ses avions. Le ministère lui répond que « l’autorisation ne peut être accordée en raison de l’absence de personne pouvant identifier les caractéristiques techniques de l’avion ». Cette réponse montre en fait pour quelles raisons la production nationale a été empêchée.

PREMIER ENGIN AÉRIEN NATIONAL: HÜRKUŞ

 

Hürkuş est le premier engin aérien national de Turquie. Il a été développé par la compagnie turque d’aéronautique et d’espace TUSAŞ. Le projet d’avion de formation de base de nouvelle génération Hürkuş a été lancé avec l’accord signé par le sous-secrétariat de l’Industrie de Défense et TAI en mars 2006, en vue de développer un avion de formation qui répondra au besoin de l’Etat-major des forces aériennes et qui pourra se frayer une place dans le marché mondial.

 

L’accord signé le 26 septembre 2013 prévoit la fabrication en série des avions Hürkuş. Par la suite, le 26 décembre 2013, l’accord Hürkuş-B a été signé. Hürkuş A  est la configuration de base certifiée selon les normes EASA et CS-23. Hürkuş B est une configuration plus développée avec des avioniques intégrées. Quant à Hürkuş C, il a été développé pour répondre au besoin de formation de pilote, pour assurer les missions de combat de faible intensité et d’observation armée, avec un faible coût et une grande sensibilité.

 

Hürkuş dont les tests de vols ont été réalisés avec succès, devrait être remis aux Forces aériennes au mois de novembre. Après sa livraison, l’avion sera testé sur plusieurs critères durant 3 mois par les pilotes des Forces aériennes. Le développement de l’avion sera achevé selon les demandes qui seront faites durant ce délai. 15 avions devraient être remis aux Forces aériennes d’ici la fin du premier semestre de 2019.

PREMIER AVION TURC A RECEVOIR UN CERTIFICAT DE TYPE PAR EASA

 

Les informations livrées par TAI concernant l’avion sont les suivantes : Outre les tests de vols, les tests concernant la résistance, la durabilité et la tolérance en cas de dommages des deux avions de structures différentes, ont été réalisés avec succès. Dans le cadre du projet, 545 documents ont été élaborés pour être envoyés à EASA (Agence européenne de la sécurité aérienne) et SHGM (Direction générale de l’aviation civile). Par ailleurs, tous les documents concernant le maintien et l’entretien ont été préparés. Suite à tous ces travaux, le « Certificat de type avion TT32 » a été délivré en 2016 par la SHGM pour l’avion de formation de base nouvelle génération Hürkuş. Le même jour, ledit certificat a été validé pour tous les pays d’Europe avec le « Certificat de type validation » attribué par l’EASA. Ainsi Hürkuş a été le premier avion ayant reçu le certificat de type d’une autorité européenne d’aviation civile. La réussite des avions Hürkuş est évidemment importante pour notre pays. Toutefois, son envol dans les airs est comme le signe d’une reconnaissance exprimée vis-à-vis de Vecihi Hürkuş qui a réussi à fabriquer un avion dans les conditions de 1925, alors qu’il n’avait que 29 ans et ce, malgré tous les obstacles.



SUR LE MEME SUJET