Cavusoglu : « Il est temps pour Washington de décider de ses vrais alliés dans la région »

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a fait savoir que la présence de l’organisation terroriste et séparatiste YPG/PKK à quelques km de la frontière turco-syrienne, ne pouvait être défendue d’aucune manière.

Cavusoglu : « Il est temps pour Washington de décider de ses vrais alliés dans la région »

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a fait savoir que la présence de l’organisation terroriste et séparatiste YPG/PKK à quelques km de la frontière turco-syrienne, ne pouvait être défendue d’aucune manière.

« Il est temps pour Washington de décider de ses vrais alliés dans la région » a-t-il indiqué.

La lettre titrée « La catastrophe qui apparait en Syrie » du chef de la diplomatie turque à l’adresse de l’éditeur du New York Times (NYT), a été publiée.

M. Cavusoglu rapporte que l’article du NYT titré « Une finale terrible apparait en Syrie », publié le 9 septembre, est juste du point de vue de l’opération sanglante que le régime Assad en Syrie mène contre le dernier bastion fort des opposants.

Selon un responsable de l’ONU, cette opération ne va laisser aucun endroit où fuir pour des milliers de civils et provoquera « les plus grands pertes en vie humaine du 21e siècle » a rappelé M. Cavusoglu.

«  Mais cet article saute un autre développement terrifiant. Les alliés d’Assad qui lancent les attaques, sont soutenus par les Etats-Unis. Selon les derniers rapports, l’organisation terroriste et séparatiste YPG qui est présente en Syrie, se procure des armes et des aides grâce aux impôts versés par les Américains, développe une alliance avec Assad et lui assure un soutien pour reprendre Idlib aux opposants, suivant l’accord entre le régime syrien et l’YPG/PKK » assuré le chef de la diplomatie turque.  

« L’YPG est la branche en Syrie du PKK qui mène une campagne terroriste de violences depuis plus de 30 ans en Turquie » a martelé M. Cavusoglu et rappelé que le PKK est classé terroriste par les Etats-Unis et l’Union européenne.

« La présence des forces de l’YPG en Syrie, à quelques km de la frontière turque, ne peut être défendue d’aucune manière. Il est temps pour les Etats-Unis de décider de celui qui est leur véritable allié dans la région » a écrit le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu dans sa lettre.



SUR LE MEME SUJET