La détermination de la Turquie dans la lutte antiterroriste (étude)

Etude de Can ACUN, écrivain-chercheur à la Fondation des Etudes Politiques, Economiques et Sociales (SETA).

La détermination de la Turquie dans la lutte antiterroriste (étude)

Conformément à sa nouvelle doctrine de lutte antiterroriste proclamée après la tentative de coup d’Etat du 15 juillet, la Turquie ne va plus restreindre sa lutte antiterroriste avec ses propres frontières, et va anéantir le terrorisme à sa source. Une fois avoir nettoyé sa frontière des terroristes de Daesh avec l’opération Bouclier de l’Euphrate dans le cadre de cette nouvelle doctrine, la Turquie a réussi à nettoyer la région d’Afrine des notions terroristes avec l’opération Rameau d’olivier. La lutte menée par la Turquie contre l’organisation terroriste PKK/YPG, s’est transportée après Afrine, à Qandil, Sindjar et Manbij. Les opérations militaires contre Qandil ont commencé des mois auparavant,  la feuille de route a été déterminée concernant Manbij suite au processus diplomatique mené avec les Etats-Unis, tandis qu’à Sindjar, des options diplomatiques et militaires ont été élaborées.  

« Nos troupes sur le terrain avancent petit à petit vers les niches des terroristes. Même si l’opposition ne le veut pas, nous allons sécher le marécage terroriste de Qandil tout comme nous avons nettoyé Afrine, Jerablus, al-Bab et Azez de ces bandes d’assassins. Même si les partisans des filiales politiques de l’organisation séparatiste en sont dérangés, nous allons effacer le terrorisme de l’actualité de ce pays. Bien sûr, avant tout, nous allons donner une bonne leçon aux urnes aux insouciants qui s’opposent à l’opération à Qandil comme ils se sont opposés à celle d’Afrine auparavant » a affirmé le président Erdogan pour résumer la lutte antiterroriste de la Turquie.  

« Nous avons lancé nos opérations à Qandil et Sindjar. Nous avons détruit 14 positions importantes avec 20 avions. Ces avions ont frappé les cibles et sont retournés, mais ce n’est pas fini. Ça va continuer » a déclaré le président Erdogan le 11 juin, informant ainsi officiellement que les préparatifs et les opérations sur le terrain avaient commencé des mois auparavant pour Qandil. L’opération menée silencieusement par les Forces spéciales turques et les commandos, a permis de progresser jusqu’à 24km de Qandil et de fonder 11 points d’observation.

Avec l’opération en Irak, la Turquie vise à nettoyer du PKK et des organisations-paravents du PKK comme l’YBS, non seulement Qandil mais aussi la région de Sindjar qui est utilisée comme zone de transit entre la Syrie et l’Irak par l’organisation terroriste. Après que le gouvernement central irakien et les Etats-Unis se soient installés à Sindjar, le PKK/YBS s’est retiré dans une certaine mesure de la région. Cependant le PKK/YBS est toujours présent ici.

La Turquie ne restreint pas sa lutte antiterroriste avec des opérations militaires. Elle mène également une diplomatie intense. Le fait que le gouvernement central et l’administration régionale d’Irak du Nord n’aient pas montré une forte réaction à l’opération en Irak, est un succès de la diplomatie turque. De même, il a été question d’un processus diplomatique intense concernant Manbij avec les Etats-Unis qui agissent conjointement avec le PKK/YPG en Syrie.

Grâce à la diplomatie menée entre les Etats-Unis et la Turquie, une feuille de route a été déterminée pour Manbij. Selon cette feuille de route, le PKK/YPG va se retirer de Manbij vers l’est de l’Euphrate, la Turquie, les Etats-Unis et la France vont mener des activités d’exploration conjointes et agir ensemble dans la région. Dernièrement, une assemblée locale et de nouvelles troupes de défense vont être fondées à Manbij.

La feuille de route élaborée suite à la diplomatie menée par la Turquie avec les Etats-Unis n’est pas limitée à Manbij, elle peut également servir d’exemple face à la présence terroriste à l’est de l’Euphrate. Si son application est réussie à Manbij, la feuille de route pourra être utilisée à Raqqa, Deir Ez-Zor et Tal-Abyad, car ces régions aussi subissent les persécutions de l’YPG.

Notant de nombreux succès dans le cadre de sa nouvelle doctrine de lutte antiterroriste, la Turquie mène d’importantes démarches pour réduire ou mettre entièrement fin au terrorisme dans la période à venir. Les opérations transfrontalières de la Turquie menées du fait que l’organisation terroriste PKK/YPG ait profité ces dernières années du chaos en Irak et en Syrie pour élargir sa zone d’influence, ont réduit la présence terroriste et le nombre d’attaques terroristes dans le pays. La Turquie va continuer d’avancer avec des démarches déterminées visant à éradiquer entièrement le terrorisme.



SUR LE MEME SUJET