Ankara réagit au Rapport pays sur la Turquie de la Commission européenne

La Turquie a fait savoir que le Rapport pays sur la Turquie, préparé par la Commission européenne, n’est pas objectif et équilibré.

Ankara réagit au Rapport pays sur la Turquie de la Commission européenne

La Turquie dénonce un rapport non-objectif et non-équilibré de la Commission européenne

La Turquie a fait savoir que le Rapport pays sur la Turquie, préparé par la Commission européenne, n’est pas objectif et équilibré.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a réagi énergiquement contre ledit rapport.

 « Malheureusement, la Commission européenne a montré une fois de plus qu'elle était réticente à comprendre les difficultés de la période que nous traversons. Bien que nous ayons expliqué ces questions à maintes reprises en nous appuyant sur des documents, la Commission n'a pas pu être objective et équilibrée.

La Turquie lutte simultanément contre plusieurs organisations terroristes, en particulier le PKK, DAECH et FETO. A cet égard, nous pensons que ne pas mentionner dans le rapport la menace de FETO contre notre Etat, notre Parlement et notre peuple est une grave déficience.

Bien que le droit légitime de la Turquie de prendre des mesures immédiates et proportionnées suite à la tentative de coup d’Etat terroriste du 15 juillet soit réitéré dans le rapport, nous observons que les allégations et les accusations provenant de cercles évidents y ont également été incluses… Cela étant, certaines allégations générales, accusations et commentaires visant la Turquie dans le rapport sont inacceptables » rapporte le communiqué. 

Le ministère a noté que la Turquie lutte contre plusieurs organisations terroristes en même temps, dont le PKK, Daech et FETO.

«Nous constatons que le rapport n'aborde pas la menace ignoble de FETO qui a visé notre État, notre Parlement et notre peuple», a affirmé le ministère, ajoutant que le rapport se base sur des allégations infondées «inacceptables».

Le ministère a indiqué que les mesures prises par Ankara contre les organisations terroristes, contribuent aussi à la sécurité des pays de l'Union européenne (UE), précisant que «le PKK/PYD/YPG menace gravement l'ordre public et la sécurité de ces pays».

La tentative de l'UE de prendre des décisions comme un «arbitre», concernant les questions de souverainetés, sous prétexte de «solidarité», est aussi inacceptable, indique le ministère.

«Ainsi, les propos sur la question chypriote reprennent uniquement les idées erronées, a insisté le ministère. Ces propos représentent d'ailleurs l'approche de la partie chypriote grecque, source principale de l'échec du processus de négociation

Le ministère a en outre indiqué que l'opération Rameau d'olivier est une opération antiterroriste pour assurer la sécurité de la Turquie.

«Les déclarations faisant référence à l'Opération Rameau d’Olivier dans le document de stratégie d'élargissement sont basées sur la désinformation et elles sont presque rédigées selon le point de vue des organisations terroristes... Ainsi, pour la réussite de la lutte antiterroriste, l'UE et la communauté internationale entière doivent adopter une position cohérente, sans distinguer les organisations terroristes les unes des autres», a martelé le ministère.

"Il est incohérent que l'UE allègue que la Turquie se distancie de l'UE, alors qu'elle continue d'entraver le processus d'adhésion de la Turquie par des blocages artificiels et politiques. En résumé, le rapport est loin de comprendre les réalités de la Turquie et donc loin de servir son objectifa conclu le ministère.

TRT avec AA



SUR LE MEME SUJET