Erdogan: "Tout pays de l'OTAN a le même poids que les Etats-Unis"

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, s’est exprimé, mardi, lors de la réunion de groupe au Parlement turc du Parti de la Justice et du Développement (AK Parti), dont il est aussi le président.

Erdogan: "Tout pays de l'OTAN a le même poids que les Etats-Unis"

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, s’est exprimé, mardi, lors de la réunion de groupe au Parlement turc du Parti de la Justice et du Développement (AK Parti), dont il est aussi le président.

Il a tout particulièrement traité de l’opération Rameau d’olivier, lancée le 20 janvier contre les organisations terroristes PYD/YPG/PKK et DAESH, à Afrin, dans le nord-ouest de la Syrie.

Il a critiqué l’hypocrisie des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme et le soutien américain au PYD/YPG/PKK.

"Il est certain que la décision de notre partenaire stratégique, de notre allié, de soutenir financièrement le PYD/YPG, en plus du soutien militaire, va avoir des conséquences sur nos propres décisions. Il faut savoir une chose : la Turquie n’est pas un état à prendre à la légère. Notre tradition étatique date de plusieurs siècles. Nous agirons donc en fonction de cela. Nous surveillons tout ce qu’il se passe dans la région", a-t-il déclaré.

Le Président turc a affirmé que la Turquie est déterminée à protéger "ses droits que lui confèrent l’Histoire, les accords et le droit international".

"Pour nous, nos droits en Mer Egée et à Chypre sont les mêmes qu’à Afrin", a-t-il martelé.

M. Erdogan est ensuite revenu sur l’opération en Syrie et les désaccords avec Washington.

"Ceux qui nous demandent de mettre fin aux opérations doivent d’abord regarder les tunnels, les tours, les villages totalement armés et les terroristes qui bénéficient des armes les plus performantes. Si malgré toutes ces réalités, certains affirment que tout cela ne fait pas partie d’un plan contre mon pays, alors il n’y a plus rien à leur dire", a-t-il expliqué.

Le président turc a déclaré que certains pays attendaient que la Turquie se rende aux terroristes.

"Mais comment qualifier ce fonctionnement dans l’OTAN ? Si nous sommes alliés au sein de l'OTAN, de la même manière que la Turquie doit respecter les règles et les décisions de cette alliance, les Etats-Unis aussi doivent le faire. A mes yeux, l'OTAN n’est pas synonyme des Etats-Unis, chacun des pays membres a le même poids que les Etats-Unis", a-t-il dénoncé.

Le chef de l’Etat turc a indiqué que la législation interne de l’Alliance Atlantique nécessite que chacun des pays membres soutienne et vienne en aide à un autre pays membre attaqué.

Le président turc a dit qu’il est désormais inacceptable de soutenir le PYD/YPG en Syrie dans le prétexte de combattre DAESH, alors que tous ces groupes terroristes se trouvent sur le même front contre la Turquie.

M. Erdogan a aussi réagi contre les déclarations des commandants américains qui ont pris des photos avec des terroristes dans la région.

« La pièce de théâtre DAESH en Syrie et en Irak est maintenant terminée. Nous demandons que toutes les parties retirent leurs masques et nous affrontent avec leurs vrais visages. Ceux qui posent aux côtés des membres du PKK et qui ensuite osent dire qu’ils ne savaient pas qu’il s’agissait du PKK, sont de mauvaise foi, s’ils ne sont pas aveugles ou imbéciles. Ils disent qu’ils répliqueront s’ils sont attaqués. Il est clair qu’ils n’ont jamais subi une claque ottomane. Nous n’allons pas les attaquer volontairement, mais ils doivent savoir que nous éliminer tous les terroristes, à commencer par ceux avec qui ils s’affichent » a-t-il poursuivi.

Mais Erdogan a voulu souligner une nouvelle fois que l’Armée turque met tout en œuvre pour protéger les civils de la région.

"Si la Turquie ne faisait pas attention aux civils, Afrin serait libéré sans perte dans nos rangs et nous aurions totalement rasé la région", a-t-il affirmé.

AA avec TRT



SUR LE MEME SUJET