Le 9e sommet de l’Organisation de la coopération économique du D-8

Etude de Cemil Dogac Ipek, Docteur en Relations internationales à l’Université Ataturk…

Le 9e sommet de l’Organisation de la coopération économique du D-8

          Le 9e sommet de l’Organisation de la coopération économique du D-8 s’est tenu le 20 octobre à Istanbul. Les leaders iranien, pakistanais, bangladais, malais, indonésien, égyptien et nigérian ainsi que le chef d’Etat azerbaïdjanais Ilham Aliev, ont participé au sommet en tant qu’invités du président de la République turque Recep Tayyip Erdogan.

          La ‘conférence de coopération pour le développement’,  premier pas effectué pour la formation du D-8, avait eu lieu le 22 octobre 1996 sur l’invitation de la Turquie et avec la participation de l’Iran, du Pakistan, du Bangladesh, de la Malaisie, de l’Indonésie, de l’Egypte et du Nigéria. Le D-8 a officiellement été fondé le 15 juin 1997 avec la tenue du premier sommet des chefs d’Etat et de gouvernement organisé à la suite de cette conférence. Six étoiles figurent sur le drapeau du D-8. Ces étoiles représentent les six principes fondamentaux de l’organisation ; ‘La paix et non la guerre’, ‘Le dialogue et non le conflit’, ‘La justice et non le deux poids deux mesures’, ‘L’égalité et non la supériorité’, ‘La coopération et non la colonisation’, ‘Les droits de l’Homme, la liberté et la démocratie et non la pression et la domination’.

          Le Pakistan a légué la présidence tournante du D-8 à la Turquie lors du sommet d’Istanbul. Le 9e sommet qui a coïncidé au 20e anniversaire de la fondation de l’organisation, avait une signification particulière. Le sommet s’est tenu sous le thème ‘Multiplier les opportunités de coopération’. Participant au sommet, le président de la République turque Recep Tayyip Erdogan, a tenu le discours de clôture de la réunion. « L’Annonce de la formation d’une Université du D-8 en Iran », « L’objectif de hausser de 100 à 500 milliards de dollars le volume commercial entre les pays membres du D-8 » et « La formation d’un système de change où seront utilisées les monnaies nationales des pays membres et non les monnaies étrangères » ont été les principaux sujets du sommet, déclarés lors de ce discours. Dans son intervention, le chef d’Etat turc Erdogan qui a évoqué la facilitation du mécanisme de prises de décision et la hausse à 20 du nombre de pays membres, a donné les signes que la présidence périodique de la Turquie allait être active.

          Les pays membres du D-8 sont également membres de l’organisation de la coopération islamique, OCI. Au sein de l’OCI, ces pays sont des pays prééminents du point de vue du niveau de développement technologique et économique, ainsi que du potentiel commercial et démographique. Le D-8 qui est un des exemples de coopérations entre les pays en développement dans le cadre du dialogue sud-sud, est une formation destinée au développement de la coopération économique et commercial entre les pays membres. L’objectif du D-8 est d’améliorer la position des pays en développement dans l’économie mondiale, diversifier leurs relations commerciales et former de nouvelles possibilités aux pays membres dans le domaine commercial, assurer une forte participation dans le mécanisme de prise de décision à l’échelle mondiale et hausser la qualité de vie de la population. L’adhésion au D-8 qui représente une formation plutôt internationale que régionale compte tenu de ses principes et de la géographie qu’elle englobe, est ouvert à tous les pays en développement qui sont liés aux objectifs et principes que nous avons évoqués. La coopération dans le cadre du D-8, se fait essentiellement dans la base sectorielle. La Turquie coordonne les travaux de coopérations dans le secteur de l’industrie, de la santé et de l’environnement, le Bangladesh dans celui du développement rural, l’Indonésie dans celui de la lutte contre la pauvreté et les sources humanitaires, l’Iran dans celui de la science et de la technologie, la Malaisie dans le secteur bancaire, des finances et de la privatisation, l’Egypte dans celui du commerce, le Nigéria dans celui de l’énergie et le Pakistan dans celui de l’agriculture et de la pêche.

          Le sommet du D-8 d’Istanbul vise également à renforcer la présence des pays membres au sein de l’économie mondiale. Selon les données de 2016, le D-8 ne représente que 5 % du PIB mondiale en chiffre courant. Les deux pays membres ayant le volume commercial le plus important, endossent près de la moitié de cette force économique. L’Indonésie qui possède le plus fort PIB de l’organisation avec 932 milliards de dollars, est suivie par la Turquie avec 858 milliards de dollars. Puis par le Nigéria et l’Iran avec environ 400 milliards de dollars. L’économie de l’Egypte s’élève à 336 milliards de dollars. L’économie de la Malaisie, du Pakistan et du Bangladesh s’élèvent quant à elle, respectivement à 296, 284 et 221 milliards de dollars.

          Des investissements, la hausse de la productivité, des milieux de concurrence et des réformes sont nécessaires pour le renforcement de l’économie des pays membres du D-8 de manière durable. Dans ce contexte, outre la conception de politiques économiques pour chaque pays du D-8, la coopération sincère et efficace a une importance critique. Le sommet d’Istanbul est extrêmement important pour la Turquie en vue de hausser sa coopération stratégique et ses relations avec les pays de la région d’Eurasie et avec les pays proches de cette région.

 

 


Mots-clés: sommet du D-8

SUR LE MEME SUJET