« L’amendement constitutionnel assurera l’indépendance dans l’exécutif et le législatif »

Le ministre de la Justice, Bekir Bozdag a fait savoir que l’amendement constitutionnel assurerait l’indépendance dans l’exécutif et le législatif

« L’amendement constitutionnel assurera l’indépendance dans l’exécutif et le législatif »

Le ministre de la Justice, Bekir Bozdag a fait savoir que l’amendement constitutionnel assurerait l’indépendance dans l’exécutif et le législatif.

Lors d’une émission de télévision, M. Bozdag a fait des explications sur la proposition d’amendement constitutionnel.

Il a noté que la proposition rendrait indépendants les pouvoirs exécutif et législatif.

« Ce qui est visé essentiellement c’est de séparer entièrement les pouvoir exécutif et législatif et leur relocalisation de façon indépendante l’un de l’autre » a noté M. Bozdag et souligné que le pouvoir législatif serait indépendant de l’exécutif.

Grâce au système, l’époque des coalitions prendra fin, a dit M. Bozdag et réitéré que l’amendement constitutionnel n’était pas un changement de régime mais du système de gouvernement.

M. Bozdag s’est aussi expliqué sur le pouvoir du président de la République de publier des décrets.

Il a précisé que le président ne pourrait pas publier de décret sur les droits et libertés de l’homme ou les droits fondamentaux.

« Le président de la République ne peut également pas publier de décrets sur les droits politiques. De même, il ne peut pas en publier sur des questions qui devront être définies par la loi. Tous les décrets du président de la République sont soumis au contrôle de la Cour constitutionnelle » a-t-il informé.

M. Bozdag a fait savoir que le droit de résiliation de l’Assemblée par le président de la République existait déjà, notant qu’un système d’équilibre serait instauré.

Au sujet de l’extradition du chef de l’organisation terroriste guléniste (FETO), M. Bozdag a rappelé que les preuves avaient été présentées aux autorités américaines.

Il s’est dit plein d’espoir de la nouvelle administration américaine et confirmé la poursuite des travaux sur l’extradition.

« Le dossier que nous avons envoyé et demandant une arrestation provisoire, est un dossier très évident. Un dossier dans lequel les preuves sont très solides. Si ce dossier ne permet pas d’avoir une arrestation provisoire et ensuite une extradition, aucun dossier ne pourrait le faire. Nous sommes pleins d’espoir de la nouvelle administration. Quand nous regardons M. Trump et les figures de son équipe, nous voyons que les deux parties ont des attentes pour un nouveau départ positif entre la Turquie et les Etats-Unis »  a conclu M. Bozdag.



SUR LE MEME SUJET