Réchauffement climatique : la France perdra près de 2,5 millions de tonnes de blé d’ici 2050

La densité des insectes pourrait causer une pénurie alimentaire à l’avenir

Réchauffement climatique : la France perdra près de 2,5 millions de tonnes de blé d’ici 2050

Selon une recherche publiée dans la revue Science, le réchauffement climatique augmenterait la population des insectes ravageurs provoquant d’importants dégâts dans les zones céréalières.

La densité de ces insectes pourrait causer une pénurie alimentaire à l’avenir, d’après la recherche menée sur les effets de ces petites bestioles sur le riz, le maïs et le blé.

A ces données ont été ajoutés les informations démographiques, les taux métaboliques de ces insectes, les données climatiques ainsi que les statistiques de rendements agricoles pour calculer le potentiel de destruction de ces insectes sur les céréales.

Les chercheurs affirment ainsi qu’avec une hausse entre 10 et 25 degrés de la température mondiale, les régions tempérées du monde vivront une perte de productivité en matière de céréales.

La perte en matière de production de maïs devrait s’accroitre de près de 36% aux Etats-Unis, plus grand producteur de maïs du monde, jusqu’en 2050.

De même, la Chine pourrait être confrontée à une forte perte causée par les insectes, de l’ordre de 27 millions de tonnes par an jusqu’en 2050.

L’Europe ne sera pas épargnée. La France  pourrait perdre près de 2,5 millions de tonnes de blé d’ici 2050.



SUR LE MEME SUJET