Fares, premier cosmonaute syrien, veut partager son savoir-faire avec la Turquie (Interview)

Muhammed Ahmed Fares qui s'est installé il y a cinq ans en Turquie, rêve que le monde scientifique musulman retrouve sa superbe d'antan

Fares, premier cosmonaute syrien, veut partager son savoir-faire avec la Turquie (Interview)

Pour le cosmonaute syrien Mohammed Ahmed Fares, premier cosmonaute du pays, le monde scientifique musulman doit retrouver sa superbe d'antan.

C'est d'ailleurs dans cet objectif que Fares a décidé de vivre en Turquie, qu'il considère comme étant sa "deuxième patrie", afin d'y partager son savoir-faire.

Fares, ancien pilote de guerre, est le tout premier cosmonaute syrien et le deuxième cosmonaute du Monde arabe.

S'exprimant à Anadolu, il rappelle qu'il a été l'un des trois cosmonautes envoyés dans l'espace en 1987, dans le vaisseau russe Soyuz.

Depuis, la vie de Fares a été chamboulé par la guerre qu'a connue son pays. En raison du conflit interne, il s'est réfugié en Turquie il y a cinq ans.

S'installant à Istanbul, il a participé à une multitude de conférences durant lesquelles il a partagé son expérience spatiale historique, qui a duré pas moins de huit jours.

Depuis Fares ne veut plus quitter la Turquie et refuse même les invitations formulées par d'autres pays. "Car je préfère rester en Turquie, qui est ma deuxième patrie, afin de partager mon savoir-faire, mes expériences et servir le peuple" se justifie-t-il.

"J'espère que la Turquie avancera beaucoup dans les sciences spatiales", ajoute-t-il.

Recommandant aux jeunes de s'intéresser davantage à ce domaine, Fares a poursuivi en ces terme : "J'espère que mes discours inspireront les étudiants. Nous les musulmans, étions plus avancés que l'Occident dans les sciences. Al-Battani a marqué l'astronomie à Raqqa en Syrie.

Il a mesuré qu'une année compte 365 jours et 5 heures, 46 minutes et 24 secondes. Ali Kuscu était une génie d'astronomie et de mathématiques", rappelle-t-il.

" Nous devons rattraper le siècle spatial.Je suis plein d'espoir. La Turquie accorde de l'importance aux centres de recherche scientifique. J'espère qu'elle progressera !" a-t-il souhaité.

 

 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET