Revue de la presse étrangère

Revue de la presse étrangère 01.02.2017

Revue de la presse étrangère

Allemagne, Der Tagesspiegel: « L’assemblée bombardée sera montrée à Merkel qui protège les membres de FETÖ »

La chancelière allemande Angela Merkel sera reçue jeudi par le président Recep Tayyip Erdogan. Ce sera une visite difficile pour la chancelière car elle devra se rendre à la Grande Assemblée nationale de Turquie bombardée lors de la tentative de coup d’Etat du 15 juillet par l’organisation terroriste guléniste FETÖ. Les preuves de la violence dont a été victime « la représentation du peuple » attaquée par les jets des putschistes, seront présentées à Merkel. Ainsi les politiciens turcs auront expliqué pourquoi ils réclament des pays occidentaux l’extradition des putschistes. L’attitude qu’adoptera la chancelière vis-à-vis des membres de l’organisation terroriste FETÖ après cette visite où elle verra les traces de cette attaque funèbre, suscite la curiosité.

France, AFP : « La Turquie a appelé Trump à réévaluer sa politique à l’égard des réfugiés »

Le vice-Premier ministre turc Numan Kurtulmus a appelé mardi le président américain Donald Trump à réévaluer son décret controversé suspendant l'entrée aux Etats-Unis de ressortissants de sept pays à majorité musulmane. "Il est impossible d'accepter" cette décision, motivée par "l'islamophobie, les sentiments anti-immigration et la xénophobie croissants en Occident", a déclaré M. Kurtulmus. "Les citoyens d'aucun pays ne peuvent être catégoriquement catalogués comme mauvais", a-t-il ajouté. "Il est extrêmement blessant qu'une telle décision ait été prise dans un pays comme les Etats-Unis, connu pour être un creuset de gens de toutes les religions et ethnies", a déploré M. Kurtulmus.

Qatar, Al-Jazeera : « L’opinion des pays concernant la zone sécurisée »

La décision de constituer une zone sécurisée pour les réfugiés en Syrie, a été acceptée par presque la totalité de la communauté internationale. Lors de son entretien téléphonique avec le président américain Donald Trump, le roi saoudien a également donné son approbation pour l’élaboration desdites zones. Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a affirmé ne pas « être distant » à l’idée de constituer une zone sécurisée pour les réfugiés sur les terres syriennes à condition d’avoir l’approbation du régime syrien et la collaboration des Nations unies. De son côté, le ministre des Affaires étrangères du régime syrien, Velit Muallim, a indiqué que ces zones devaient être élaborées sur les terres syriennes en toute coordination avec le gouvernement syrien, précisant que dans le cas contraire, ces zones ne seraient pas sécurisées et qu’elles reviendraient à violer la souveraineté de la Syrie. Pour ce qu’il est de la Turquie, la création d’une zone sécurisée était un sujet qu’elle défendait depuis longtemps et qu’elle avait proposé dès le début à l’administration Obama.

Liban, al-Akhbar: « Rapprochement Turquie – Israël »

Le directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères Yuval Rotem est arrivé mercredi à Ankara dans le cadre d’une visite officielle visant à traiter des développements régionaux, dont la Syrie, et de renforcer les relations bilatérales dans divers domaines. D’autre part, le ministre turc du Tourisme Nabi Avci se rendra en Israël en vue de participer à la conférence internationale sur le tourisme qui aura lieu en début de semaine à Tel Aviv. Cette visite sera la première réalisée par un haut responsable turc depuis la normalisation des relations turco-israéliennes.

 



SUR LE MEME SUJET