Un positionnement avec confiance en soi et non avec une psychologie de défaite (étude)

Une étude du Prof. Dr. Kudret Bulbul, doyen de la Faculté des Sciences politiques de l’université Yildirim Beyazit d’Ankara.

Un positionnement avec confiance en soi et non avec une psychologie de défaite (étude)

Un positionnement avec confiance en soi et non avec une psychologie de défaite (étude)

Un positionnement avec confiance en soi et non avec une psychologie de défaite

La soumission et le rejet sont indépendants l’un de l’autre, ils peuvent paraitre comme deux approches différentes. Cependant, il y a une relation proche entre ces deux approches. Les immigrés qui vivent en Occident peuvent produire une légitimité pour ces deux approches au sein des musulmans. Les milieux qui ont totalement perdu leurs propres valeurs et qui se sont perdus au sein de la population dans laquelle ils vivent, peuvent représenter une source de légitimité pour les milieux qui adoptent une approche de rejet. Le contraire est également vrai. Les milieux qui adoptent une approche de rejet et qui sont totalement détachés de la communauté dans laquelle ils vivent et qui sont contre cette dernière, peuvent engendrer la soumission. D’un autre côté, comme l’approche de soumission et du rejet ne sont toutes les deux pas, un trait de caractère, ils ne peuvent pas être une approche que l’on peut intérioriser. Comme ces deux approches sont radicales, ils peuvent être des approches devant, pour autant dire, être légitimées chaque jour par leurs partisans, et au sujet de quoi les individus doivent se convaincre chaque jour. Il peut y avoir des transitivités entre ces deux approches lorsqu’elles ne sont pas totalement intériorisées. Il peut y avoir des transitions de la soumission au rejet, et du rejet à la soumission. Cette situation peut en partie expliquer pour quelle raison des milieux ayant aucune relation avait les valeurs religieuses, exploitant de bar, prenant de l’alcool et en apparence totalement assimilés, adhèrent à Daesh.

Les milieux qui ont une approche de soumission ainsi que ceux qui une approche de rejet n’auront aucun avenir ni aucune contribution positive pour la communauté dans laquelle ils vivent.

Outre la soumission et le rejet, l’approche dont nous avons besoin aujourd’hui en Occident, est celle de bon sens et de confiance en soi qui a pris forme chez Saïd Halim Pacha. Il faut absolument souligner l’approche de bon sens et loin de la réactivité adoptée par Saïd Halim Pacha malgré toute la cruauté de la Première Guerre Mondiale, de tous son blocus, et malgré toutes les critiques dirigées contre l’Occident. Un grand nombre de philosophes de nos jours ne pourraient adopter cette approche.

La source de la soumission et du rejet dans la communauté occidentale, découlent en réalité des conditions communautaires qui y sont vécues. De plus, la plupart du temps, les immigrés parviennent à baser leur approche de soumission et de rejet suivant leur idéologie, leur culture et leur religion.

Lorsque nous étudions la situation du point de vue des musulmans, une religion telle que l’Islam qui prétend résoudre les problèmes de toute l’humanité d’Adam jusqu’à la fin du monde, ne peut s’opposer à quoi que ce soit. L’Islam est lui-même un moyen et une vision. Il est lui-même une volonté fondatrice, une construction. Le placer selon l’opposition de quelque chose, signifie mettre au centre ce à quoi vous êtes contre. Selon la croyance, l’Islam commence par ‘La’, rejetant toutes les autres religions, dans la procédure la science est le produit perdu du croyant. Il a été dit d’aller trouver la science même si elle se trouve en Chine. Qu’est-ce que la science ? Le savoir, la connaissance, la technique, la méthode, l’application.

A ce sujet, les relations du Saint Prophète avec la communauté de la période préislamique de l’ignorance, peuvent nous servir de guide. Car la communauté de la période préislamique de l’ignorance sous la forme de cette époque, était au niveau le plus bas de l’humanité. La relation que le Saint Prophète a formée avec cette communauté, peut nous servir de guide pour toutes les relations avec toutes les autres communautés, mode de vie et idéologies qui sont moins mauvais. Nous pouvons dire que le Saint Prophète a établi trois formes de relation avec la communauté de la période préislamique de l’ignorance de la Mecque. Certains comportements qu’il a eus sont les mêmes que ceux de la communauté de la période préislamique de l’ignorance de la Mecque. Ce que le Saint Prophète a choisi telle que la tenue vestimentaire, la barbe, ne diffèrent pas et sont les mêmes que celle de la communauté de la période préislamique de l’ignorance de la Mecque. Notre Saint Prophète n’a pas fait de changement dans ces sujets. Avec certains de ses comportements, le Saint prophète a corrigé et changé ceux de la communauté de la période préislamique de l’ignorance de la Mecque. Par exemple, il a écourté sa barbe. Et il y a certaines choses qu’il a faites qui rejettent totalement ceux que faisait la communauté de la Mecque.

Cette approche tripartite du Saint prophète que l’on peut nommer approche analytique, est aussi extrêmement significative et explicite de nos jours pour la vision dans tous les domaines de la vie allant de l’Orient à l’Occident, du Sud au Nord, de la modernité à la postmodernité ainsi qu’à la globalisation… Les approches de soumission nous déformerons de ce que nous sommes. Le rejet total nous poussera vers les courants radicaux tels que Daesh. Dans ce contexte, il est extrêmement important d’adopter le principe du droit civique ottoman ‘Medelle’ qui dit ‘eşyada aslolan ibahadir’ qui signifie tout ce qui n’est pas interdit par le Coran est ‘Halal’, c’est-à-dire que le principal est la liberté. Ce principe est très important afin que certains milieux qui sont actuellement dans une psychologie de soumission, puissent en sortir.

Les réactions qui sont nées durant les réformes Tanzimat, vacillent entre la réactivité et la soumission. Dans ce contexte, les évaluations et approches concernant les réformes Tanzimat ne concernent pas que cette période. Nous vivons toujours aujourd’hui les résultats du processus entamé avec les réformes de l’ère Tanzimat. Les réactions montrés de nos jours sont la plupart du temps les mêmes que celles de l’ère Tanzimat. Alors que l’on ne peut pas rester spectateur face aux processus qui produisent et changent la vie d’un point de vue multidimensionnel. Ces processus sont des processus qui affectent et forcent la main des individus, groupes, institutions et pays. Lorsque l’on regarde de cette perspective, nous ne pouvons pas dire qu’une approche très significative a pu être développée concernant la modernité occidentale dans le passé, ou l’Union européenne et la globalisation de nos jours. Des alternatives ont consciemment été développées. Il y a bien entendu des situations dans lesquelles il faut développer des alternatives. Mais développer constamment des alternatives ne signifie rien d’autre que l’expression de nous marginaliser et de rester en dehors des développements.

Dans ce contexte, nous devons toujours adopter une approche analytique et rester loin des courants de soumission et de rejet total quelle que soit la situation face à laquelle nous sommes confrontés.

D’un autre côté, il ne faut pas laisser tomber en ayant l’impression que certaines choses ou la vie nous poussent vers une impasse. L’Islam n’est pas la religion de la difficulté mais de la facilité, il n’est pas la religion de l’anormalité ou de l’excès mais celle de la normalité et de la sobriété.

En conclusion, nous devons nous approcher avec confiance en soi dans le cadre des valeurs générales que nous possédons, et non, nous laisser emprisonner en se laissant prendre par la psychologie de la soumission face aux évènements et notions auxquels nous sommes confrontés dans la vie y compris en Occident. En réalité, il s’agit là de notre histoire qui commence à Khorasan et arrive en Anatolie et va d’ici jusqu’à l’Occident. Nous avons sans cesse enrichi sans la moindre hésitation et dans le cadre de leur principe général, les valeurs que nous possédions avec les cultures que nous avons rencontrées. Les différences que nous avons rencontrées sont devenues la source de notre richesse et non de nos peurs, avec notre progression grandissante telle une boule de neige. La solution n’est pas aussi difficile qu’elle ne parait. Comme le dit dans la métaphore du compas le soufi Djalal ad-Din Rumi, il faut stabiliser bien fermement un de ces pieds, et s’ouvrir au monde entier avec l’autre. C’est-à-dire qu’il faut fixer d’un côté un de nos pieds sur nos valeurs et notre identité, et d’un autre côté, rester ouvert avec l’autre pied, à toutes les autres différences et diversités qui vont enrichir notre monde intellectuel et faciliter notre vie.  

Alors se pose la question suivante, est-ce que seul un bon positionnement résoudra tous nos problèmes ? Il nous fera parvenir au port auquel nous devons atteindre. Nous allons continuer



SUR LE MEME SUJET