• VIDEOS

Si Jérusalem tombe? (étude)

Une étude du Prof. Dr. Kudret Bulbul, Doyen de la faculté des Sciences politiques de l’université Yildirim Beyazit

Si Jérusalem tombe? (étude)

Si Jérusalem tombe?

Prof. Dr. Kudret BÜLBÜL*

Jérusalem : Ville sainte pour les Musulmans, les Chrétiens et les Juifs… C’est la première qibla des Musulmans, la ville où a eu lieu l’ascension du prophète Mohammed. Le poète Sezai Karakoç définit la ville comme suit : « Ville bâtie dans les cieux puis envoyée sur terre ».

Les citoyens des différentes croyances ont vécu en paix dans cette ville tout au long du Traité de Paix de l’Empire ottoman (Pax Ottomana), durant 401 ans, période allant de sa conquête en 1516 par le Sultan Selim 1er jusqu’à 1917…

A tel point que durant toute cette période de paix qui a duré de longues années, et contrairement à la perception actuelle, Jérusalem tout comme La Mecque et Médine, répandaient la sérénité au Moyen Orient. Cette sérénité se répandait ainsi du Moyen Orient vers le Monde. Alors qu’actuellement, avec tous les développements qui sont vécus au Moyen Orient transformé en un bain de sang par Israël, le Moyen Orient est qualifié par certains de ‘marécage’.

Nous vous présentons une étude du Prof. Dr. Kudret Bulbul, Doyen de la faculté des Sciences politiques de l’université Yildirim Beyazit…

 

Décision des Etats-Unis au sujet de Jérusalem et les réactions

Le monde entier s’est uni contre la décision des Etats-Unis de reconnaitre unilatéralement Jérusalem comme la ‘capitale d’Israël’. Cette décision est un prolongement des débats inter politiques vécus aux Etats-Unis. Malgré toutes les menaces ouvertes, vulgaires et insolentes des Etats-Unis, tous les pays ont exposé une approche honorable contre cette décision aux Nations Unies, chose d’une extrême rareté. Au Conseil de sécurité de l’Onu, les Etats-Unis étaient totalement seuls contre 14. A l’Assemblée générale des Nations Unies, en dehors des Etats-Unis, il n’y a que 8 pays qui ont courbé l’échine face au chantage. Le monde musulman, les pays de l’Union européenne, l’Afrique, l’Amérique Latine, les pays d’Extrême-Orient, ont agi ensemble, un exemple rare.

Les citoyens du monde entier dont ceux des Etats-Unis et d’Israël, ont tous manifesté contre cette décision. L’humanité s’est pour autant dire uni autour de la raison.

Il faut mettre l’accent sur le rôle précurseur qu’a joué la Turquie, présidente en exercice de l’Organisation de la coopération islamique. Les entretiens réalisés par le président de la République turque Recep Tayyip Erdogan avec les leaders de l’UE, Poutine, le Pape et avec les autres responsables, étaient très importants du point de vue de l’adoption d’une approche commune.

Jérusalem a réuni de nouveau les pays musulmans qui ont plusieurs problèmes entre eux. Les pays de l’Union européenne et les pays musulmans se sont réunis autour d’un objectif commun.

Nous espérons que la décision des Etats-Unis sur Jérusalem, contribuera à la formation d’une sensibilisation internationale concernant la Palestine. Et que le consensus mondial assuré face à cette décision, permettra de rendre visible le nettoyage ethnique étalé sur le temps en Palestine et la souveraineté d’une approche basée sur le droit dans la région.

 

Si le monde n’avait pas résisté ? Ou bien si Jérusalem tombe…

 

La décision des Etats-Unis concernant Jérusalem est l’un des meilleurs exemples qui prouvent que certaines choses qui paraissent mauvaises au départ peuvent par la suite donner naissance à de bonnes choses.

S’il n’y avait pas eu de résistance, Israël allait trouver beaucoup plus de courage pour s’emparer des terres Arzı Mevut (Terres promises aux enfants d’Israël), comprenant les terres de tous les pays de la région allant du Tigre à l’Euphrate, comme l’avait souligné à maintes reprises le défunt Premier ministre Erbakan. En prenant en considération la menace qu’Israël forme pour la région et l’humanité sous sa forme actuelle, nous comprendrons mieux quelle menace pourrait former ‘la Grande Israël’.

Ce sont sans doute les juifs qui ne sont pas racistes, fascistes et ne partagent pas les pensées des juifs sionistes ayant comme objectif les terres promises et se considérant comme étant la race élue, qui savent la menace que ces juifs sionistes peuvent représenter.

Nous gardons en mémoire quelle genre de fléau a été pour l’humanité l’idéologie du nazisme dans lequel Hitler prétendait que les Allemands représentait la ‘race aryenne’. S’il n’y avait pas eu de résistance contre la décision américaine sur Jérusalem, une idéologie de race élue semblable à celui-ci aurait pu être encouragée.

Le fait que les pays musulmans et de l’Union européenne aient adopté une réaction commune face à la décision de Jérusalem, a une nouvelle fois montré la nécessité de ne pas former sur la base d’une opposition absolue, les relations entre l’Islam et l’Occident qui se sont tendues de plus en plus ces derniers temps.

S’il n’y avait pas eu de résistance face à la décision des Etats-Unis, l’approche mondiale selon laquelle c’est le puissant qui a raison et non celui qui a raison qui est puissant, se serait renforcée davantage. La résistance de la géographie des opprimés face aux injustices, aurait été fortement ébranlée.

S’il n’y avait pas eu un effort international pour Jérusalem, le désespoir enseigné se serait davantage renforcé, et les espoirs en l’avenir des personnes dans le désespoir, se seraient estompés davantage.

Si l’humanité était restée tout simplement silencieuse face à cette décision, comment aurait-elle pu regarder dans les yeux l’honorable petite Palestinienne Aheed qui a résisté avec héroïsme contre les soldats israéliens ?

Qui aurait pu oser évoquer le nom de Rachel Corrie, activiste américaine pour la paix de 24 ans seulement qui a été écrasée par les bulldozers israéliens alors qu’elle résistait pour empêcher la destruction des maisons des Palestiniens à Gaza ?

 

Le nazisme ne doit pas revenir, le nazisme juif doit être prévenu

 

Alors sera-t-il suffisant d’en rester là ?

            Bien sûr que non. Car si Jérusalem tombe, toutes les choses positives que nous avons citées ci-dessus, se retourneront en sens inverse.

            Ce sont les Juifs étant pour la liberté, qui doivent résister le plus afin que Jérusalem ne tombe pas. Dans le cas contraire, ce seront eux les premiers perdants. Comme ce fut le cas lors du nazisme allemand, où ce sont les Allemands étant pour la liberté, qui ont perdu les premiers. L’humanité a payé un lourd tribut à cause du nazisme allemand. La même chose ne doit pas se reproduire avec le nazisme israélien. Comme nous le constatons, la question de Jérusalem, n’est pas uniquement la question des Musulmans, des Chrétiens et des Juifs. La question de Jérusalem est celle de toute l’humanité.

            Car si Jérusalem tombe, c’est la conscience qui tombera, c’est la justice qui tombera, c’est l’humanité qui tombera…

 

Prof. Dr. Kudret BÜLBÜL est le Doyen de la faculté des Sciences politiques de l’université Yildirim Beyazit à Ankara                                                               



SUR LE MEME SUJET