Analyse sur l’actualité en Afghanistan et ses relations avec la Turquie

Etude de Cemil Dogac Ipek, chercheur en Relations internationales à l’université Ataturk

Analyse sur l’actualité en Afghanistan et ses relations avec la Turquie

          L’Afghanistan qui a obtenu son indépendance le 19 août 1919, lutte contre plusieurs problèmes depuis sa création. En raison des dures conditions géographiques, l’instauration d’une autorité centrale est très difficile. C’est pourquoi c’est un espace ouvert aux activités d’organisations criminelles internationales et terroristes. La menace terroriste progresse en Afghanistan où les efforts des pays de l’OTAN n’ont donné aucun résultat depuis 2001 pour éradiquer le terrorisme. Les attaques terroristes, attentats-suicides et affrontements continuent toujours. Les combats continuent dans 15 provinces du pays entre les forces de sécurité et les militants du Taliban.

 

          La pauvreté, l’analphabétisme et le chômage qui s’aggravent en Afghanistan, sont les principaux obstacles pour la croissance. Avant 2015, 35% de la population n’avait pas d’emploi. Ce taux est passé à 40% en 2016. Parmi les villes où le chômage est le plus élevé, il y a Kaboul, Herat, Nangarhar, Kandahar et Mazar-e Sharif. La grande partie des chômeurs sont des jeunes. 20 millions de personnes vivent avec environ 1,5 dollars par jours en Afghanistan où la population totale est d’environ 35 millions de personnes.

          L’Afghanistan est le principal pays de production de stupéfiants. Le gouvernement a dépensé de sérieuses sommes pour la lutte contre trafic de drogue depuis l’invasion américaine en 2001. Toutefois la production hausse chaque année. Cela entraine une instabilité politique et économique. Selon des données du Ministère afghan de la lutte contre le narcotrafic, 4 mille 800 tonnes de drogues ont été obtenus grâce à la culture du pavot sur 201 mille hectares en 2016. La production pourrait doubler cette année. Plus de 3 millions d’Afghans sont dépendants des stupéfiants. Les 40% des dépendants sont des femmes et enfants. Ainsi l’Afghanistan est l’un des principaux consommateurs de matières stupéfiantes.

          Excepté l’instabilité politique et économique, l’Afghanistan connait de sérieux problèmes avec son voisin pakistanais, dont les origines sont anciennes. Il y a comme principal problème la frontière tracée entre les deux pays par les Britanniques au 19e siècle. La Turquie qui entretient de bonnes relations avec les deux pays, joue un rôle clé dans les relations pakistano-afghanes.

De bonnes relations existent depuis longtemps entre la Turquie et l’Afghanistan. Les relations diplomatiques entre les deux pays ont été établies en 1921. L’ambassade turque est la première mission diplomatique ouverte à Kaboul. Entre 1920 et 1960, la Turquie a soutenu les travaux de modernisation de l’Afghanistan. Elle a joué un rôle essentiel dans le développement des principaux établissements publics à savoir administratifs, militaires, culturels, éducatifs et médicaux. Entre 1932 et 1960, la Turquie a envoyé 212 médecins, enseignants, officiers et autres experts en Afghanistan. L’amitié proche et la coopération étroite a continué jusqu’à l’arrivée de l’Union soviétique en Afghanistan. Après la fin de l’occupation soviétique en 1989, la Turquie a continué d’observer de près le développement en Afghanistan. Elle a contacté tous les acteurs extérieurs et les groupes afghans pour contribuer à l’instauration de la stabilité et de la paix en Afghanistan.  Aujourd’hui encore, la Turquie soutient activement les efforts de l’Afghanistan en terme de sécurité et de développement.

          Quatre éléments sont en avant plan dans la politique de la Turquie vis-à-vis de l’Afghanistan. Ces points sont la préservation de l’unité et l’intégrité territoriale de l’Afghanistan, l’instauration de la sécurité et la stabilité, le renforcement d’une structure politique qui privilégie la participation et le soutien du peuple ainsi que l’établissement de la prospérité et du bonheur en Afghanistan en le nettoyant du terrorisme et des courants extrémistes. En vertu de ces objectifs, la Turquie apporte de vastes contributions à l’Afghanistan tant au niveau bilatéral qu’au niveau des efforts auprès de l’ONU et de l’OTAN. Le renforcement des relations de l’Afghanistan avec ses voisins est l’une des priorités de l’approche de la Turquie vis-à-vis de l’Afghanistan. 

          Dans ce contexte, le processus du Sommet tripartite Turquie-Afghanistan-Pakistan a été amorcé en 2007 et le processus d’Istanbul en 2011 avec la participation des principaux pays d’Asie. Le programme de développement que la Turquie applique depuis 2004 en Afghanistan (soit environ 1 milliards de dollars pour plus de 850 projets), est parmi les programmes extérieures les plus essentiels que la Turquie ait assuré à un quelconque pays.

          La Turquie a promis 150 millions de dollars pour les aides de développement entre 2018 et 2020 pendant la Conférence pour l’Afghanistan, tenue les 4 et 5 octobre 2016 à Bruxelles. Lors du sommet de l’OTAN, organisé les 8 et 9 juillet 2016 à Varsovie, la Turquie a promis une aide de 60 millions de dollars pour contribuer aux efforts des forces de sécurité afghane, pour la période 2018-2020.

 



SUR LE MEME SUJET