Les projets de transports en Eurasie et l'implication de la Turquie

Etude de Cemil Dogac Ipek, chercheur en Relations internationales à l'université Ataturk.

Les projets de transports en Eurasie et l'implication de la Turquie

Il y a plusieurs grands projets destinés à faciliter les transports en Eurasie. Nous allons analyser cette semaine, les projets visant à faciliter les transports en Eurasie, les contributions de la Turquie à ces projets et leurs retombées dans la région.

          Depuis quelques temps, l'épicentre de la croissance bascule de l'ouest vers l'est. Dans ce contexte, l'importance de l'Eurasie s'accentue. Plusieurs projets sont développés pour renforcer les transports et la coopération en Eurasie. Ces projets concernent surtout les infrastructures, l'énergie et les lignes de transport. Les acteurs comme les Etats-Unis, l'Union européenne, la Russie, la Chine et la Turquie développent des projets dans ce contexte. Ces projets ont une autre dimension pour l'UE. Celle-ci est en quête d’alternative à la Russie et essaie de réduire sa dépendance énergétique. Dans ce contexte l'UE a lancé des programmes d'encouragement pour les énergies renouvelables. Elle a lancé des démarches pour améliorer ses relations avec les pays d’Asie centrale.

          Dans ce contexte “La ceinture économique de la Route de la Soie” et “La Route maritime de la Soie au 21e siècle” sont deux importants projets d'ordre global. Les projets visent à relier les marchés européens et asiatiques. C'est à cette issue qu’ont été créées les banques de la Route de la Soie et d’Investissement dans l'Infrastructure en Asie dont la Turquie est membre. Ainsi l'objectif est de rassembler sous le même toit, les fonds proposés par les pays régionaux et les acteurs souhaitant être plus actifs dans la région.

La Turquie se situe sur un point très stratégique pour ces projets. La Turquie a annoncé son soutien à ces projets et développé d'autres projets dans le même sens. Le Corridor eurasien, la Route ferroviaire Bakou-Tbilissi-Kars, le Marmaray et le Corridor central de la Route de la Soie sont les plus importants et les plus récents de ces projets. Ces projets ne sont pas importants uniquement pour la Turquie et l'Asie mais ils le sont aussi pour l'Europe. Par exemple la Route ferroviaire Bakou-Tbilissi-Kars et le Marmaray assureront un transport ininterrompu de la Chine jusqu'en Angleterre. D'ailleurs le premier voyage sur cette route ferroviaire a été réalisé récemment. Sur la ligne internationale de cette route ferroviaire, le premier voyage devrait s'effectuer en septembre. Le gazoduc Bakou-Tbilissi-Erzurum qui est aujourd'hui opérationnel ainsi que l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan montrent le rôle clé de la Turquie.

          Un autre objectif de la route ferroviaire Bakou-Tbilissi-Kars est de constituer un corridor d'énergie. L'acheminement vers les marchés mondiaux des produits pétroliers de l'Azerbaïdjan est aussi visé. De plus, les échanges actuels de la Turquie avec les pays d'Asie centrale vont en grande partie basculer vers cette ligne. La route va renforcer davantage les relations économiques en Eurasie. Ce projet n'est pas seulement une ligne ferroviaire; il vise aussi à raviver la route historique de la soie et accentuer davantage les relations économiques, sociales et culturelles entre les pays de la région. Cette ligne permettra un transport stable de personnes et marchandises entre l'Europe et l'Asie centrale via la Turquie, la Géorgie et l'Azerbaïdjan. Ainsi, le modèle sécurisé de transport économique que propose le transport ferroviaire, contribuera au renforcement des échanges commerciaux et à l'enrichissement des pays d'Eurasie.

          Quand nous regardons l'ensemble de ces projets, nous voyons certains risques et opportunités. Il y a comme principaux risques l'instabilité en Afghanistan, l'harmonisation des législations douanières et le problème du statut légal de la Mer caspienne. L'infrastructure juridique et technique en place dans la région n'est pas en mesure d’assurer une intégration entière. En vue d'une solution au problème d'infrastructure juridique, la Turquie a proposé le “Projet du caravansérail” au cours d'un sommet organisé en 2009 à Bakou. Cette proposition a suscité des réactions positives. Le projet du caravansérail vise à encourager la simplification des procédures douanières. Ce projet a aujourdh'hui une application pilote. Le succès de toutes ces initiatives viendra consolider la croissance régionale. Les pays de la région obtiendront l'opportunité de développer la coopération économique et les échanges commerciaux. A long terme, des relations économiques à multiples couches vont se développer entre l'Europe et l'Asie.

          Suite aux derniers développements dans le monde, l'Eurasie obtient une place de plus en plus essentielle dans la politique et l'économie globales. Donc les initiatives d'ordre régionale et les mécanismes régionaux des pays d'Eurasie sont très importants. A ce stade, la Turquie joue un rôle de facilitateur et de liaison. La Turquie possède un important avantage par son infrastructure solide dans les ports et l'accès aux routes maritimes. Mais il faut achever avec rapidité les projets destinés à renforcer surtout le réseau ferroviaire et les logistiques. Grâce à ces projets, la Turquie va renforcer ses relations économiques déjà développées avec des pays comme la Chine et la Russie. Mais d'autre part, ces projets ont une importance majeure pour le monde turc. Or ces projets permettront d'élever au plus haut niveau l'interaction entre les Républiques turcophones comme la Turquie, l'Azerbaïdjan, le Kirghizistan, le Kazakhstan et l'Ouzbékistan.  



SUR LE MEME SUJET