• VIDEOS

La crise qatarie un an plus tard et les relations turco-qataries

Etude du Dr. Cemil Dogac Ipek, chercheur en Relations internationales à l’université Ataturk.

La crise qatarie un an plus tard et les relations turco-qataries

Un an s’est écoulé depuis la crise du Qatar qui a pris une dimension internationale après avoir commencé avec le piratage de l’Agence d’information qatarie la nuit du 23 au 24 mai, et continué le 5 juin avec l’interruption des relations diplomatiques avec le Qatar d’un grand nombre de pays arabes qui ont isolé Doha en appliquant un blocus maritime, terrestre et aérien contre le Qatar. Dans notre programme de cette semaine nous allons analyser la crise du Qatar et les relations turco-qataries.

Il y a un an, certains pays arabes dont l’Arabie saoudite, les Emirats arabes Unis et l’Egypte, ont coupé leurs relations diplomatiques avec le Qatar en lui portant différentes accusations. Cette situation a créé la plus grande crise diplomatique de ces derniers temps dans la région du Golfe. Les relations diplomatiques ont été complètement interrompues dans une période où la pression du président des Etats-Unis Trump appelait ‘à revoir les relations avec le Qatar’. L’Arabie saoudite et les pays qui l’ont suivi, ont accusé le Qatar de soutenir le terrorisme. Néanmoins, ces pays n’ont pas réussi à justifier ces allégations.

Le Qatar est un petit pays du Golfe Persique mais influent dans la politique et l’économie de la région. Le Qatar détient la troisième plus grande réserve de gaz naturel du monde. Elle accueille d’importants universités, instituts de réflexion ainsi qu’un géant international des médias tel qu’Al Jazeera. Il y a également des soldats et bases militaires étrangers qui sont positionnés au Qatar. Le Qatar entretient d’excellentes relations avec la Turquie. Nous savons qu’un grand nombre de pays du Golfe sont dérangés par les importantes démarches de coopération lancées dans la région entre le Qatar et la Turquie dans le domaine de l’énergie, par les relations militaires turco-qataries et par la base militaire de la Turquie au Qatar.

Le Qatar n’a pas une image positive aux yeux de l’opinion publique arabe en raison du soutien qu’il a accordé au mouvement de démocratisation dans la région. Le Qatar est un pays qui a une influence régionale mais également internationale avec sa brillante soft power. En particulier, la chaine médiatique Al Jazeera qui diffuse en anglais et en arabe, ainsi que le Qatar forment une opinion publique au niveau régional et international.

Contrairement aux autres administrations de la région, le Qatar attire l’attention avec ses politiques libérales. Le fait qu’il ait soutenu l’opposition massive et les acteurs en faveur du changement lors du Printemps arabe, constitue la principale raison de la réaction des monarchies du Golfe contre le Qatar. Les choix politiques de l’administration de Doha et leurs impacts dans la politique extérieure, sont les raisons les plus prioritaires qui font du Qatar une cible pour l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l’Egypte et les Etats-Unis. D’ailleurs, nous savons que la Turquie et le Qatar soutiennent l’opposition modérée anti-Assad en Syrie. Ce sont la Turquie et le Qatar qui ont convaincu l’opposition de se mettre à la table des négociations lors des processus de Genève et d’Astana.

Il y a une sérieuse coopération entre le Qatar et la Turquie dans le domaine économique. Les investissements du Qatar en Turquie sont de l’ordre des 20 milliards de dollars. La Turquie avait deux possibilités lorsque la crise qatarie a débuté : Rester impartiale ou bien Jouer un rôle actif. La Turquie a fait le choix de se mettre à côté du Qatar. La diplomatie turque a réalisé de nombreuses prises de contact en faveur du Qatar. La Turquie a brisé le blocus et acheminé directement des aliments en vue de répondre au problème d’approvisionnement alimentaire du Qatar. Et plus important encore, des démarches pour l’élargissement de l’accord sur la présence militaire turque au Qatar qui avait déjà été signé avec ce pays, ont été approuvées par la Grande Assemblée Nationale de Turquie.

Le fait que la Turquie ait dirigé une diplomatie équilibrée et de consensus lorsqu’elle soutenait son allié le Qatar, est le choix d’une politique appropriée. La déclaration du  président de la République turque Erdogan selon laquelle la base militaire turque au Qatar, est destinée à ‘la sécurité et l’instabilité de tout le Golfe’ est très importante. De plus, le fait qu’Erdogan ait déclaré durant la même période, qu’il avait proposé de former une base militaire similaire en Arabie saoudite, est un autre exemple de l’approche constructive de la Turquie. Tandis que d’un côté elle a soutenu le Qatar, la Turquie n’a pas renoncé à donner des messages de paix, et démontré qu’elle était la puissance intelligente de la région.

Le Qatar est un acteur important dans le domaine de la finance internationale. Ces dernières années, il a devancé les pays investisseurs du Golfe tels que le Koweït et les Emirats arabes unis. Détenant la troisième plus grande réserve mondiale de gaz naturel et treizième plus grande réserve mondiale de pétrole, le Qatar montre un grand développement économique. Le Qatar qui soutient ce développement avec des activités de modernisation au sein du pays, transforme les caractéristiques engendrées par la modernisation et la mondialisation en les associant avec les valeurs de l’Islam et de la culture qatarie via la Fondation du Qatar. Cette transformation place le Qatar dans une place différente de celle des pays du Golfe. Niveau croyance, le pays adopte l’un des traits les plus modérés du salafisme. Le Qatar se tient distante des approches dures et marginalistes vues la plupart du temps dans les propos salafistes. Cette situation est un autre élément, qui rapproche le Qatar de la Turquie héritière de la tradition soufie.

          La Turquie avait accepté de se retirer du Qatar à la suite d’un accord passé en 1913 avec les Anglais. Toutefois, son retrait s’est achevé en 1915. A présent, les Turcs retournent au Qatar avec une coopération dans un grand nombre de domaines. Aujourd’hui, la Turquie et le Qatar suivent une politique d’équilibre brillante pour la stabilité du Moyen Orient. Les deux pays trouvent au sein de cette coopération, le moyen d’appliquer une politique extérieure indépendante et active,

Ces deux importantes puissances du Moyen Orient forment une zone d’influence régionale et internationale avec la particularité d’être des pays généreux, bienfaisants, médiateurs, entrepreneurs et investisseurs. Actuellement, la Turquie et le Qatar sont deux importantes puissances du Moyen Orient. C’est pourquoi, ils n’ont pas la possibilité de rester en dehors du processus de formation d’un nouvel ordre au Moyen Orient. A ce stade, les valeurs et principes en commun réunissent la Turquie et le Qatar.



SUR LE MEME SUJET