• VIDEOS

Netanyahu de nouveau interrogé pour suspicions de corruption

Des médias israéliens, dont le site web du journal « Yediot Aharonot », ont indiqué que des enquêteurs de la police se sont rendus, mardi matin, à la résidence du Premier ministre à Jérusalem pour l’interroger

Netanyahu de nouveau interrogé pour suspicions de corruption

La police israélienne a de nouveau interrogé, mardi, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, pour des suspicions de corruption. 

Des médias israéliens, dont le site web du journal « Yediot Aharonot », ont indiqué que des enquêteurs de la police se sont rendus, mardi matin, à la résidence du Premier ministre à Jérusalem pour l’interroger. 

Cet interrogatoire porte sur le dossier « 4000 », ont précisé les mêmes sources. 

La police israélienne enquête sur ce dossier depuis plusieurs mois. 

Netanyahu est accusé, dans cette affaire, d'avoir offert des récompenses, lorsqu'il était ministre des Télécommunications, à Shaul Elovitz, patron du groupe de télécommunications "Bezeq", en échange d'une couverture favorable à la famille Netanyahu auprès du site d’information "Walla" (appartenant à "Bezeq"). 

La police israélienne avait recommandé, en février 2017, au Procureur général, Avichaï Mandelblit, d'émettre un acte d'accusation à l'encontre de Netanyahu, pour avoir reçu des pots-de-vin, pour escroquerie et pour abus de confiance ; des accusations relatives aux dossiers "1000" et "2000". 

Netanyahu et son épouse sont accusés, dans l’affaire 1000, d'avoir reçu des pots-de-vin sous forme de cadeaux précieux de la part de l'homme d'affaires et milliardaire israélien, Arnon Milchan, en échange d'une médiation de Netanyahu pour un visa américain de 10 ans. 

Dans le dossier 2000, Netanyahu est accusé d'avoir sollicité auprès du journal israélien "Yediot Aharonot" une couverture favorable à son gouvernement, en contrepartie de la réduction des activités de son concurrent "Israël Hayom". 

L’émission d’un acte d’accusation à l’encontre de Netanyahu est une décision qui devrait être prise par le Procureur général, Avichaï Mandelblit. Ce dernier n’a pas encore pris sa décision.

AA



SUR LE MEME SUJET