• VIDEOS

'Islam modéré' selon qui et selon quoi?

Une étude du Prof. Dr. Kudret Bulbul, doyen de la Faculté des sciences politiques de l’université Yildirim Beyazit d’Ankara

'Islam modéré' selon qui et selon quoi?

'Islam modéré' selon qui et selon quoi?

De temps à autres certains centres, les services de renseignement de certains pays peuvent en permanence tenter de déterminer l’actualité avec de faux débats en vue de déformer la réalité. Alors que l’histoire nous montre que ‘la vérité ne peut pas être étouffée’ et lorsque le jour sera venu la vraie actualité fera surface de la manière la plus amère.

L’un des exemples concrets que nous pouvons citer à cette situation, est les débats ‘d’Islam modéré’. Tandis que les développements récents en Occident constituent eux-mêmes des risques terrifiants pour l’Occident et l’humanité, des débats sur ‘l’Islam modéré’ sont sans cesse mis en avant plan. Tout comme il n’a pas vu la menace qu’il a créée pour lui-même et l’humanité en débattant régulièrement au sujet du judaïsme à la veille de la Seconde guerre mondiale, l’Occident débat à présent sur ‘l’Islam modéré’ en ne voyant pas le néonazisme, le néofascisme, l’obscurité absolue dans lequel il est en train de pénétrer. 300 Français signent un manifeste pour rendre caducs certains versets du Coran en avançant qu’ils encouragent la violence et l’antisémitisme qui sont en réalité chacune une maladie de l’Occident. Mais ces mêmes intellectuels sont très silencieux face à Israël qui tel un génocide et en violant le droit international et la communauté mondiale ainsi que la conscience humaine, a tué des dizaines de Palestiniens tombés en martyr et blessé des milliers d’autres civils qui ont réagi contre le transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem. Alors peut-il y avoir une plus grande violence, islamophobie et xénophobie ainsi qu’un plus grand racisme que cela ?

Quand on parle d’Islam modéré, si cela signifie lutte contre les organisations qui ont recours au terrorisme au nom de la religion, et toutes autres formes de terreur sans aucune limite humanitaire, morale, consciencieuse et islamique, alors aucune personne raisonnable ne s’y opposera. Toutefois il faudrait nommer ce besoin comme lutte contre le terrorisme et non comme besoin d’Islam modéré. Quel que soit l’idéologie pour laquelle il est perpétré, le terrorisme est le terrorisme. Il faut faire correctement la conceptualisation. Car, les mouvements terroristes se référant au christianisme qui hausse de plus en plus ces derniers temps, ne sont pas débattus en parlant de ‘Christianisme modéré’. De même, la violence et le terrorisme appliqués depuis des dizaines d’années contre les Palestiniens par Israël qui viole les résolutions de l’Onu et la conscience humaine, ne sont pas évalués dans le contexte d’un besoin de ‘Judaïsme modéré’. Nous voyons plus clairement que le concept d’ ‘Islam modéré’ ne signifie pas lutte contre le terrorisme lorsqu’on regarde son application. Si le but est de cloîtrer le terrorisme, il n’est pas difficile d’adopter une approche commune contre le terrorisme quel que soit sa provenance, qu’il apparaisse d’une religion, idéologie et, la plupart du temps, essentiellement d’une quête impérialiste.

En pratique, lorsqu’on regarde quel genre de comportement exposent sur le terrain les pays ou bien les services de renseignement qui accordent leur soutien, la notion d’ ‘Islam modéré’ est utilisée comme un outil pour faire de l’ombre sur les intérêts impérialistes et pour dissimuler le vol des ressources souterraines, des terres et l’occupation des pays innocents ainsi que le massacre, la persécution et la déportation des habitants de ces pays. Tandis que les pays impérialistes ont le champ libre pour leurs propres intérêts, les populations de cette géographie et leurs idéologies sont une nouvelle fois accusées. Il n’y a aucun doute qu’il faut évaluer la raison pour laquelle les populations de cette région autorisent à se faire coloniser et les problèmes qui découlent d’elles-mêmes. Mais il faut mettre en évidence les quêtes d’impérialisme internationales qui pèsent sur elles.

Lorsque nous observons les réseaux de relations et les armes que possèdent les organisations terroristes telles que FETO, Daesh, le PKK et le PYD, nous constatons que ces organisations terroristes et certains services de renseignement occidentaux sont côte à côte. Certains pays occidentaux ne s’abstiennent pas du tout de faire des affaires avec des administrations oppresseurs dans les pays musulmans d’une façon que même leurs propres citoyens n’approuveraient pas. La plupart des pays occidentaux ne soutiennent, pour autant dire, aucun développement démocratique au Moyen Orient en dehors d’Israël. Ils n’ont aucun problème avec l’administration égyptienne qui a perpétré tant de massacre dans son pays. Ils sont en très bonne relation avec certaines monarchies qui poursuivent leur pouvoir contre leur peuple. Dans ce contexte, alors qu’ils expriment des éloges pour un pays car les ‘femmes peuvent désormais conduire’, ils arrivent à diriger de vives critiques et exprimer des accusations contre la Turquie qui a tenu ses premières élections en 1876, dont la démocratie est plus ancienne qu’un grand nombre de pays occidentaux, et qui a accordé le droit de vote aux femmes en 1934 toujours bien avant un grand nombre de pays occidentaux.

Prenant en considération les politiques moyen-orientales de certains pays occidentaux, nous constatons qu’il y a la perception que l’on souhaite pour le Moyen Orient des fractions marginaux, sans racines, confessionnels et s’affrontant avec son peuple, et non des principaux mouvements possédant l’héritage d’une civilisation datant de plusieurs siècles et en paix avec son peuple, son histoire et sa géographie. Peut-être que c’est pour cette raison qu’ils tentent de sacraliser les régimes et personnes qui maintiennent leur pouvoir malgré leur population comme c’est le cas en Egypte et dans certaines monarchies du Golfe, et de diaboliser les régimes et personnes démocratiques et en paix avec leur peuple tels que la Turquie et Tayyip Erdogan.

Lorsqu’on tient compte des approches de certains pays et centres occidentaux, dans la pratique, nous constatons que ce qu’ils comprennent ou attendent de l’Islam modéré est une approche cruelle envers son propre peuple et modérée envers eux. Les administrations silencieuses face aux opérations occidentales dans leur pays et la région et indifférentes face aux objectifs impérialistes, sont ‘modérées’, et les personnes et régimes qui résistent à cela, sont ‘dures’ et ‘dictateurs’ ! En résumé pour certaines centres en Occident, modéré signifie oppresseur et traitre contre la population de son pays et les musulmans…

Certains centres internationaux peuvent considérer bénéfiques pour eux de soutenir les organisations terroristes nouvellement formées et les administrations sans racines et non légitimes aux yeux de leur peuple. Tandis qu’à long terme, ce qui est juste et bénéfique pour les fractions libertaires et pluralistes de l’Occident, pour les populations du Moyen Orient mais également pour l’humanité toute entière, est de soutenir les administrations et méthodes démocratiques, libertaires et pluralistes ayant une tradition enracinée. Et non les effort de suppression des pays et mouvements ayant une civilisation enracinée, via des mouvements terroristes ne reposant sur aucune tradition de civilisation, nouvellement apparus et soutenus la plupart du temps par l’Occident. De ce point de vue, la Turquie qui possède l’expérience d’avoir fait vivre ensemble dans la paix durant des années les parties qui sont actuellement en conflit dans les Balkans et au Moyen Orient, avec le ‘Pax Ottomana’, peut avoir de très importantes contributions.



SUR LE MEME SUJET